/finance/business
Navigation

Montréal dernière

La FCEI a dévoilé son classement de l’indice entrepreneurial des villes canadiennes

GEN-OBSERVATOIRE VILLE-MARIE
Photo d'archives Montréal arrive en queue de peloton des villes canadiennes, selon l’indice entrepreneurial de la FCEI.

Coup d'oeil sur cet article

Montréal a décroché la pire performance canadienne lorsqu’il s’agit de soutenir le démarrage et la croissance des entreprises de son territoire. La métropole québécoise se fait d’ailleurs damer le pion par plusieurs villes régionales québécoises, selon une étude récente de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

Le dernier rang de Montréal sur 121 villes canadiennes découle de la compilation de données en provenance de Statistique Canada, des administrations municipales et gouvernementales, et de divers sondages pancanadiens réalisés auprès de PME, portant sur la présence des entreprises dans les communautés, les perspectives d’avenir et les politiques municipales en matière d’imposition et de réglementation des entreprises.

«À Montréal, les problèmes de circulation, de stationnement, les travaux routiers et la difficulté d’obtenir des permis, tout cela mis ensemble crée un environnement difficile pour les affaires», a reconnu Simon Gaudreault, économiste principal pour la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

L’étude, réalisée avant la débâcle des prix du pétrole, accorde les premières places à des agglomérations de l’ouest du Canada.

Plusieurs villes québécoises régionales, de taille moyenne (entre 20 000 et 150 000 habitants) décrochent une place de qualité dans le classement général de la FCEI, sans toutefois se hisser dans le top 10 canadien.

«Les petites villes régionales se démarquent par leur leadership local, même si leur perspective est moyenne et que l’évolution de leur présence dans leur communauté est plus lente», a ajouté l’économiste de la FCEI.

Politiques

En matière de politiques entrepreneuriales, l’analyse a pris en compte les efforts des gouvernements municipaux pour améliorer les questions fiscales et réglementaires qui affectent les activités économiques.

«Le fardeau fiscal global est l’enjeu local le plus important pour les propriétaires de PME, car il nuit à leurs bénéfices et, en fin de compte, entrave la croissance de leur entreprise. [...] Les propriétaires de PME s’attendent à ce que l’administration municipale soit consciente de leur contribution à la société et leur fournissent un environnement propice à la croissance», a écrit la FCEI.

Indice entrepreneurial des villes 2015

  • Rivière-du-Loup 17e
  • Drummondville 31e
  • Victoriaville 33e
  • Saint-Georges 35e
  • Joliette 36e
  • Rimouski 37e
  • Sherbrooke 42e
  • Rouyn-Noranda 50e
  • Sorel-Tracy 65e
  • Toronto 80e
  • Vancouver 94e
  • Périphérie de Montréal 104e
  • Québec 114e
  • Montréal 121e

Source: Fédération canadienne de l’entreprise indépendante

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.