/news/politics
Navigation

Justin Trudeau sera un défi pour la sécurité

Les bains de foule sont plus risqués en tant que PM

CANADA-ELECTION/
Photo REUTERS Le tout nouveau premier ministre Justin Trudeau a fait une visite spontanée dans le métro de Montréal mardi matin pour remercier les électeurs de sa circonscription.

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau aime les bains de foule et il risque de représenter un défi complexe pour les agents chargés d'assurer sa sécurité, maintenant qu'il accède au poste de premier ministre.

Fraîchement élu, Justin Trudeau a fait la démonstration de sa volonté d’être accessible mardi matin, en se rendant à la station de métro Jarry pour remercier les électeurs de sa circonscription.

«Il est jeune, il a une belle personnalité et une relation de proximité avec les gens. Comme il veut s’exposer, la sécurité devra s’organiser en conséquence», explique Luc Hébert, ancien policier qui a notamment assuré la protection de René Lévesque.

Mais ces sorties pourraient être moins nombreuses et plus encadrées.

«Ses activités publiques seront influencées par ce qui se passe au pays et même ailleurs dans le monde. Il ne pourra pas toujours faire comme il veut. Un premier ministre est plus la cible de menaces», soutient Jean Racine, qui a été garde du corps pour plusieurs premiers ministres pendant 28 ans.

«Le premier ministre est l’actif le plus important d’un pays», ajoute Roger Chartrand, consultant en protection de personnel. Sa sécurité est primordiale pour la stabilité des relations internationales et économiques. Ses habitudes vont changer.»

C’est la Gendarmerie royale du Canada qui évalue les risques et le personnel nécessaire pour assurer la protection du premier ministre.

Nouvelle mouvance

«On s’ajuste en fonction de l’agenda du premier ministre et on en discute. On a toujours des personnes supplémentaires de disponibles, mais il y a certainement des choses qu’il ne pourra pas faire dorénavant», explique le sergent Luc Thibault, porte-parole de la GRC.

À l’instar de Barack Obama qui effectue de nombreuses sorties publiques ou du pape François qui arrête son convoi pour aller dans la foule, Justin Trudeau s’inscrit dans une nouvelle mouvance dans sa façon de diriger le pays, selon Victor Henriquez, spécialiste de l’image publique.

«Il a le désir d’aller vers les gens et c’est bien reçu par la population. La proximité devient un facteur de crédibilité», précise-t-il.

Il s’agit donc peut-être d’une nouvelle tendance, mais aussi d’une histoire de famille pour Justin Trudeau.

«Son père, Pierre Trudeau était un vrai délinquant de la sécurité, se souvient Luc Hébert. Il sortait par la porte arrière pour fuir les gardiens.»

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.