/finance
Navigation

Relancer l’économie avec les grands chantiers

Bloc construction, chantier
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

AGENCE QMI | Ceux qui en ont marre des cônes orange devront s’y faire: pierre angulaire du plan de relance libéral pour l’économie, les investissements en infrastructures vont augmenter sensiblement lors des prochaines années.

Les conservateurs souhaitaient investir 65 milliards $ sur 10 ans dans les infrastructures. Le nouveau gouvernement libéral a promis d’investir 125 milliards $ sur la même période dans ce secteur, avec des investissements immédiats de 10 milliards $.

Françoise Bertrand, PDG de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), espère que le nouveau gouvernement saura collaborer avec les provinces. «Au Québec, on aimerait beaucoup un appui pour les infrastructures du Plan Nord», dit-elle en entrevue à l’Agence QMI.

Selon elle, les investissements en infrastructures devraient aussi comprendre ceux dans le numérique. «Dans le Témiscamingue, on a encore des grandes zones qui n’ont pas une couverture adéquate en Internet, ça n’a pas de sens», déplore-t-elle.

Le Conseil du patronat du Québec souhaite également que le nouveau gouvernement canadien mette en place «des leviers favorisant une croissance économique plus vigoureuse misant, notamment, sur des infrastructures modernes», indique un communiqué.

Le retour des déficits

Les promesses en infrastructures des libéraux entraîneront un déficit de 10 milliards $ pendant deux ans, a averti Justin Trudeau pendant la campagne électorale. Le retour à l’équilibre budgétaire est prévu en 2019-2020.

«Il reste à voir quelle partie ira en infrastructures, en capital, hypothèque; en bonne dette», commente Jean-Denis Garon, économiste et professeur à l'École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal.

Françoise Bertrand renchérit: les déficits ne doivent pas servir «à payer l’épicerie».

Ces dépenses d’envergure, si elles se réalisent, redonneront du tonus à une économie qui était en récession pendant les six premiers mois de 2015.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.