/news/politics
Navigation

Résultat des élections fédérales: «On assiste au lent déclin du mouvement souverainiste» - Philippe Couillard

Philippe Couillard
Photo Agence QMI, Simon Clark Philippe Couillard

Coup d'oeil sur cet article

Le résultat des élections fédérales au Québec prouve une fois de plus le «long déclin du mouvement souverainiste», estime le premier ministre Philippe Couillard.

La déferlante rouge qui a mené à l'élection d'un gouvernement libéral majoritaire dirigé par Justin Trudeau à Ottawa s'est fait sentir au Québec, où le Parti libéral du Canada a remporté une majorité de sièges.

Avec 10 députés, le Bloc québécois a sauvé les meubles et récolté plus de sièges qu'au scrutin de 2011. Toutefois, avec seulement 19,3% des voix au Québec, c'est bien en deçà des objectifs des souverainistes.

«En terme de vote populaire, ils ont reculé, d'ailleurs, le mouvement indépendantiste recule continuellement depuis plusieurs années, c'est la poursuite de cette tendance», a commenté mardi matin le premier ministre du Québec.

Pour Philippe Couillard, le chef du Parti québécois doit sérieusement s'interroger sur la pertinence de la cause qu'il porte.

En élisant une majorité de libéraux fédéraux, le Québec s'est placé «en position de force», insiste Philippe Couillard. «Le Québec est de retour à la table des décisions».

«Pourquoi le Québec est en position de force? Parce que la grande majorité des Québécois, 80% de l'électorat, s'est prononcé pour un parti politique qui croit que le Québec va davantage progresser à l'intérieur de la fédération canadienne», a renchéri le chef libéral.

Pour François Legault, les élections fédérales ont confirmé «le recul» du mouvement indépendantiste au Québec. «On sait que le Bloc, il y a quatre ans, avait eu 23% d'appuis. Lundi, ils ont eu seulement 19% d'appuis», a insisté le chef caquiste.

 

Le chef du Parti québécois pierre Karl Péladeau.
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark
Le chef du Parti québécois pierre Karl Péladeau.

Congédier Harper

Aux yeux de Pierre Karl Péladeau, le scrutin de lundi ne portait «aucunement» sur la souveraineté. «La volonté populaire a parlé et la volonté populaire était claire et précise: elle souhaitait congédier le gouvernement de Stephen Harper», a plaidé mardi le chef du Parti québécois, qui s'est beaucoup affiché aux côtés de Gilles Duceppe durant la campagne électorale fédérale.

«Ce n'est pas un test électoral, c'est une élection qui ne concerne pas la souveraineté», a-t-il renchéri.

Marijuana

Ouvert à la décriminalisation de la marijuana, Philippe Couillard n'est pas tout à fait sur la même longueur d'onde que son nouvel homologue canadien. S'il voit d'un bon oeil l'usage du cannabis médical, le premier ministre québécois n'est «pas forcément» ouvert à la légalisation du pot, a-t-il fait valoir mardi.

Changements climatiques

La conférence internationale de Paris sur le climat qui arrive à grands pas permettra à Justin Trudeau de montrer le Canada sous un nouveau jour en matière de changements climatiques, selon Philippe Couillard. «Je m'attends à un changement de ton».

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.