/entertainment/shows
Navigation

Au paradis avec Jean Leloup

L’artiste repart en tournée avec deux nouveaux spectacles

Coup d'oeil sur cet article

Jean Leloup affichait complet jeudi, lors de la première de son spectacle Splendeur et Chute de Paradis City, au Métropolis. Il a donné une solide performance à un public qui était plus qu’impatient de le retrouver sur scène.

Les inconditionnels de «John the Wolf» sont arrivés tôt afin d’avoir les meilleures places, et savourer le répertoire du chanteur excentrique. Ils ont crié «Leloup» sur le coup de 20 h 30, il est apparu une vingtaine de minutes plus tard.

Du théâtre et Leloup

Telle une véritable rock star, le rideau s’est levé sur le chanteur au sommet d’un escalier de métal, un soleil au-dessus de sa tête et d’immenses marguerites de chaque côté. Les musiciens étaient à l’arrière, surélevés, comme s’ils se tenaient debout dans un jardin de vignes.

Plein d’énergie, il a offert Barcelone en ouverture. Il a continué avec Isabelle, qui a complètement enflammé le parterre, et a calmé le jeu avec la pièce Le Dôme.

Splendeur et Chute de Paradis City est le premier tome de deux spectacles. Sur scène avec un orchestre de sept musiciens, entouré du décor signé Yves Archambault, le chanteur qui a vendu 85 000 albums de Paradis City s’est effectivement gâté avec un spectacle complètement théâtral.

L’éclairage créé par Jean-François Couture arrive à changer considérablement l’ambiance, et s’adapte merveilleusement à l’univers de chacune des chansons de l’artiste.

Un peu de tout

Le chanteur de 54 ans semblait très concentré sur ce qu’il avait à faire. En première partie du spectacle, il ne s’est jamais adressé à la foule, pourtant si généreuse avec l’artiste, faisant débouler les chansons une à une, sans aucune pause.

Les grands succès de Leloup se sont chevauchés tout au long du concert, le public a pu se délecter de la pièce Le monde est à pleurer, qui en a fait taper des mains plus d’un, de Edgar ou de la chanson Fourmis.

Le public semblait ravi, se permettant quelques moments de cris déchaînés. «Il amène le funk au Québec», a lancé un admirateur enchanté de la performance du chanteur.

Pas étonnant qu’il ait réussi à vendre plus de 30 000 billets des quelques spectacles qu’il donnera à Montréal, Québec et Ottawa dans les prochains mois.

Il a aussi fait des pièces de son nouvel opus, notamment Willie, qui a fait chanter les admirateurs présents, Flamants roses et la chanson Retour à la maison. Et il a gardé le meilleur pour la fin, car Paradis City a clos l’un des spectacles les plus attendus de l’année.

En décembre, il donnera Le Fantôme de Paradis City, un spectacle plus dépouillé, car le chanteur sera seul sur scène, avec comme seul instrument, sa guitare.