/investigations/techno
Navigation

Québec boude l’invitation de Microsoft

Le gouvernement refuse de participer à un événement du géant américain pour des motifs éthiques

Coup d'oeil sur cet article

Pour des raisons éthiques, Québec a refusé d’envoyer plusieurs de ses fonctionnaires à un événement organisé par Microsoft qui offrait des «cadeaux d’accueil».

Microsoft a envoyé l’invitation à plusieurs ministères et organismes québécois pour l’événement «favoriser l’infonuagique dans le secteur public». L’infonuagique est une technologie vers laquelle se dirigent toutes les grandes organisations.

L’organisme responsable de la plupart des grands projets informatiques du gouvernement, le Centre des services partagés du Québec (CSPQ), a toutefois décliné l’invitation.

«Cet événement [...] offrira des cadeaux d’accueil [repas et rafraîchissements] et des articles promotionnels aux invités» qui ne dépasseront pas 75 $, pouvait-on lire dans l’invitation de Microsoft. C’était hier, au Centre des congrès de Québec.

Pour le patron du CSPQ, Denys Jean, l’événement n’était pas seulement une formation, mais aussi la promotion des produits Microsoft. Appelé à commenter, M. Jean s’est limité à mentionner que «ça ne peut plus marcher comme ça».

« Appel à la vigilance »

Le coordonnateur du gouvernement en éthique, Denis Thiffault, a aussi envoyé une lettre aux ministères et organismes intitulée «appel à la vigilance» et dans laquelle il précise qu’une «telle pratique soulève des questionnements déontologiques et éthiques» pour les fonctionnaires qui y sont invités.

M. Thiffault se demande, dans la missive, «dans quelle mesure la formation sur l’utilisation des produits d’un seul et même fabricant peut-elle se transformer en opération commerciale?»

«De telles pratiques [...] nous invitent à la prudence [...] Si nos organisations ont besoin d’information sur des produits [...], elles peuvent le faire en invitant les fournisseurs dans leurs bureaux», ajoute-t-il. Ce qui a conforté la décision du CSPQ de ne pas assister à l’événement.

Microsoft réagit

Dans son invitation, soulignons que Microsoft demande aux fonctionnaires de confirmer qu’ils ont l’autorisation de leurs supérieurs en vertu des politiques applicables. Appelée à commenter, l’entreprise souligne qu’elle prend «grand soin pour s’assurer que toutes les règles et lignes directrices sont respectées». Pour cet événement, Microsoft dit avoir veillé à ce que les documents et le matériel remis aux participants soient modestes.

Une vérification externe pour tous les gros contrats

Jean-Nicolas Blanchet, Bureau d’enquête

Québec prend un virage important pour assurer une meilleure transparence, a appris notre Bureau d’enquête.

Terminé l’approbation des façons de faire seulement à l’interne. Dorénavant, le Centre des services partagés du Québec (CSPQ) demandera à une firme comptable externe de venir vérifier leurs pratiques avant d’accorder les contrats d’envergure.

Autrement dit, l’organisme ne pourra plus seul clamer que toutes les règles ont été bien respectées. Les experts externes et indépendants devront aussi le confirmer dans un rapport officiel avant que les gros contrats soient donnés.

Les nombreuses dérapes, les soupçons de l’UPAC, le nécessaire redressement du CSPQ et la volonté d’améliorer la transparence justifiaient une mesure pour mieux contrôler les grands projets.

Rappelons que le CSPQ accorde des milliers de contrats qui totalisent près de 1 milliard de dollars chaque année. L’organisme a été passablement écorché lors des dernières années et tente de se réformer pour justifier et assurer son utilité.

Québec annoncera d’ailleurs sous peu le premier contrat qui fait l’objet d’une telle vérification. Il s’agit du nouveau contrat pour les téléphones cellulaires pour les employés de l’État.

200 M$ pour les cellulaires

L’important contrat est de 6 à 10 ans, pour une valeur maximale de 200 M$. C’est Telus et Rogers qui l’ont remporté conjointement. elles sont les seules à avoir soumissionné.

Comme le veut la nouvelle consigne, avant l’octroi du contrat, la firme externe KPMG a donc dû confirmer que les règles de l’or avaient été respectées dans le processus. C’est bien le cas, a constaté notre Bureau d’enquête en lisant le rapport comptable.

«Ça inaugure notre nouvelle façon d’octroyer des contrats», a commenté Denys Jean, qui souhaite aussi une meilleure transparence. «On ne veut pas juste dire qui gagne les contrats. On veut donner plus d’information au public, aux clients, aux partenaires et aux médias. Il faut expliquer pourquoi les contrats sont octroyés et quels services viennent-ils appuyer», ajoute celui qui souhaite créer un site internet pour afficher ce type d’information.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.