/news/education
Navigation

Apprendre aux parents à laisser jouer les enfants

Une formation est offerte aux adultes par l’UQTR

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | Un professeur d’université suggère aux parents poules qui organisent trop la vie de leurs enfants de privilégier les jeux libres, idéalement à l’extérieur, puisque ces derniers favorisent un meilleur développement.

«On veut que les enfants soient capables de lire et écrire avant d’entrer à l’école, mais on a oublié de les faire jouer. On a délaissé des notions essentielles», déplore le professeur en sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Trois-Rivières Mathieu Point.

mathieu point, enseignant
Photo Le Journal de Montréal, Caroline Lepage
mathieu point, enseignant

Le professeur Point et son collègue Claude Dugas ont créé un nouveau cours en ligne destiné aux parents et aux éducateurs pour favoriser le jeu libre.

Déjà près de 2200 personnes, demeurant dans 37 pays différents, tels que l’Égypte, le Qatar et le Japon, ont demandé à suivre cette formation, qui sera accessible gratuitement à distance dès le 2 novembre.

Retour aux sources

Cette formation se veut un retour aux sources, à contre-courant des sociétés de performance qui valorisent à tout prix la stimulation des enfants dès leur jeune âge.

Selon M. Point, plusieurs études révèlent que le jeu libre, en petite enfance, est plus favorable que le jeu dirigé, où les enfants ont tendance à attendre les consignes.

«Ils vont développer, avec le jeu libre, davantage d’autonomie et une meilleure capacité à gérer des conflits», ajoute-t-il.

M. Point cite en exemple une garderie en Allemagne où les enfants jouent dehors 90 % du temps, quel que soit le temps qu’il fait.

«C’est à l’extérieur que l’enfant va le plus se développer», ren­ché­-rit-il.

Non aux parents poules

Cette formation conteste également la surprotection des parents et des milieux de garde. «L’enfant est lui-même capable d’évaluer les risques», plaide-t-il.

Selon le professeur, trop de règlements dans les CPE ont été implantés en fonction d’un seul cas d’accident.

«J’ai passé toute mon enfance avec des bleus aux genoux», illustre le professeur.

Vivre par le jeu

Mathieu Point doute que la notion de jeu libre, pourtant présente dans les programmes éducatifs, soit bien comprise dans les milieux de garde.

«On apprend à vivre en société à travers le jeu libre», est-il convaincu.

Un cours de cinq semaines

  • Gratuit
  • Outils d’apprentissage variés: vidéos, quiz, lectures, système de questions-réponses, etc.
  • Le contenu est mis en ligne chaque semaine
  • Un enseignant assure l’encadrement, au besoin
  • Forums de discussion
  • Certains travaux à réaliser
  • Attestation remise à la fin
  • Aucun crédit d’université accordé

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.