/24m/transports
Navigation

Les chauffeurs de taxi devront ouvrir la portière à leurs clients

Bloc taxi
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

Dès le 1er janvier prochain, tout chauffeur de taxi qui n'ouvrira pas la portière à un client ou qui ne portera pas l'uniforme s'exposera à une amende allant de 125$ à 375$.

Le conseil municipal de Montréal a adopté mardi à 42 voix contre 19 le nouveau règlement encadrant l’industrie du taxi, qui comporte plusieurs nouvelles obligations.

Les chauffeurs devront descendre de leur taxi et ouvrir la portière pour faire monter ou descendre les clients, sous peine d’une contravention.

La porte-parole du Bureau du Taxi de Montréal (BTM), Marie-Hélène Giguère, précise que l’obligation concerne seulement les clients qui commandent un taxi par téléphone ou via une application.

«Ce n’est pas obligatoire quand le taxi est hélé sur la rue ou quand il est dans un poste d’attente», dit-elle. Elle ajoute qu’on retrouve le même règlement à Ottawa.

Code vestimentaire

Les chauffeurs de taxi devront également porter pantalon ou jupe noir ainsi qu’une chemise, une blouse ou un polo blanc.

Ce code vestimentaire imposé ne fait pas l’affaire de Projet Montréal, qui a voté contre le règlement principalement à cause de cette raison.

«Nous pensons que les uniformes sont un fardeau qui n’est pas nécessaire et qui est imposé aux chauffeurs et chauffeuses de taxi, avec une approche à la vieille école», explique Craig Sauvé, porte-parole en matière de transports de Projet Montréal.

Il ajoute qu’avoir des vêtements uniformes entraine des couts et met de la pression sur les chauffeurs, en plus de nuire à la diversité.

De son côté, le BTM souligne que ce changement a été demandé par plusieurs représentants de l’industrie.

Caméras de surveillance

Les propriétaires de taxi auront également un an pour installer des caméras de surveillance dans les voitures et changer leur véhicule si il est trop vieux.

Un fonds spécial doit les aider à financer l’achat et l’installation des caméras. Il n’est pas encore possible de savoir si le fonds couvrira entièrement le tout.

Le règlement stipule également que l’accès aux images captées sera restreint aux policiers de Montréal et aux agents de la paix mandatés.

Il est de plus obligatoire depuis le 15 octobre pour les taxis d’accepter le paiement par carte de crédit ou de débit.

Les gens sont invités à appeler au BTM pour se plaindre si jamais un chauffeur ne se conforme pas aux nouvelles règlementations et on retrouve le téléphone du Bureau dans les voitures de taxi.