/news/currentevents
Navigation

Procès de «Matricule 728»: des images coup de poing

La Couronne dépose des extraits vidéos saisissants afin d’incriminer «Matricule 728»

Stéfanie Trudeau, alias «Matricule 728», suivie de son avocat, Me Jean-Pierre Rancourt, à leur arrivée au palais de justice de Montréal, mardi matin.
Photo Le Journal de Montréal, Chantal Poirier Stéfanie Trudeau, alias «Matricule 728», suivie de son avocat, Me Jean-Pierre Rancourt, à leur arrivée au palais de justice de Montréal, mardi matin.

Coup d'oeil sur cet article

La diffusion de vidéos-chocs a lancé de façon percutante le procès pour voies de fait de la policière au matricule 728, Stéfanie Trudeau, mardi.

Plusieurs extraits – dont certains encore jamais vus du public – des arrestations menées par l’agente Trudeau, le 2 octobre 2012, rue Papineau, ont été les premiers éléments incriminants mis en preuve par la Couronne.

On y voit notamment la policière menotter l’artiste peintre Rudi Ochietti, face contre terre après avoir été vu en train de boire une bière sur le trottoir.

«Elle était très agitée en arrivant, a témoigné ce dernier devant le juge Daniel Bédard. Elle m’a crié: “Heille toé! Ton permis de conduire et tes assurances!” J’ai répondu: “Pourquoi?” Puis, elle m’a répété: “Tu refuses de t’identifier? Veux-tu que je te crisse en dedans, mon tabarnac?” Je ne comprenais pas.»

«Grosse niaiseuse!»

<b>Rudi Ochietti</b><br />
Témoin
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin
Rudi Ochietti
Témoin

Ochietti a été projeté au sol et «roué de coups». Il a juré qu’il s’était «totalement laissé faire» et n’a pas résisté à son arrestation.

Un de ses amis, le musicien Simon Pagé, a filmé une partie de la scène avec sa caméra.

C’est alors qu’un autre de leurs camarades, Serge Lavoie, a traité la policière de «grosse niaiseuse» en l’interpellant par son numéro de matricule.

Malgré elle, la patrouilleuse du Plateau-Mont-Royal était devenue une célébrité sur YouTube, au printemps 2012, pour avoir «poivré» des manifestants durant la crise étudiante.

Lavoie a aussi capté des images de l’arrestation de son ami. Mais, il a lâché sa caméra quand «Matricule 728» a couru après lui et l’a agrippé par le cou, alors qu’il s’était réfugié dans l’atelier d’artistes où habitait Pagé.

«Essayez de pas le tuer»

<b>Simon Pagé</b><br />
Témoin
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin
Simon Pagé
Témoin

Ce dernier avait braqué sa caméra sur son ami Lavoie pendant qu’il était traîné en bas d’un escalier, puis immobilisé pendant de longues secondes sous le poids de la policière. L’apparente furie de celle-ci se manifestait par des cris et des jurons.

«Pouvez-vous essayer de ne pas le tuer, svp? Vous êtes en train de l’étouffer», lui a dit Simon Pagé, alors que la patrouilleuse avertissait Lavoie qu’il allait «perdre conscience» s’il lui résistait.

«Mon meilleur ami était en train de se faire étrangler. Pourtant, personne n’avait été agressif envers les policiers», a témoigné Pagé.

De marbre

En cour, Stéfanie Trudeau est restée de marbre en revoyant ces images.

Le procureur de la poursuite, Me Jean-Simon Larouche, a soumis au juge que l’accusée n’avait «pas de motif» pour procéder à ces arrestations et qu’elle a fait un «usage déraisonnable de la force en arrêtant M. Lavoie».

Les accusations contre les quatre personnes arrêtées ce soir-là ont été retirées par la Couronne en mars 2013.

Suspendue par le SPVM, l’agente Trudeau a été accusée de voies de fait un an plus tard.

Le procès reprendra vendredi et sera ensuite ajourné jusqu’au 18 novembre.


♦ L’avocat Jean-Pierre Rancourt tentera d’obtenir l’arrêt des procédures contre sa cliente. Il plaide que la Couronne et le SPVM se sont livrés à un «marchandage d’accusations» avec le quatuor arrêté par «Matricule 728» pour pouvoir inculper celle-ci «à tout prix».

 

Entendu dans les vidéos

 

Vidéo 1

«Heille, vous êtes ben niaiseux. J’vas m’en rappeler de toi. C’est quoi ton matricule, Madame? C’est-tu 728? [...] Hey, grosse niaiseuse! Tu sais pas vivre, grosse niaiseuse!» – Serge Lavoie

 

Vidéo 2

«Y a juste à coopérer» – le partenaire de 728, Kaven Henry, à Simon Pagé

«Il coopère, y a la face à terre» – Simon Pagé

«Serge, laisse-toi faire» – Simon Pagé à Serge Lavoie pendant que Stéfanie Trudeau lui fait une prise de l’encolure

 

Vidéo 3

«Pouvez-vous essayer de ne pas le tuer svp? Vous êtes en train de l’étouffer» – Simon Pagé à Stéfanie Trudeau

«Je l’étrangle pas, fait que ferme-toi» – Stéfanie Trudeau à Karen Molina

«Tabarnac arrêtez! Vous êtes en train de le tuer» – Simon Pagé

«Toé sacrament, ça va faire» – Stéfanie Trudeau à Simon Pagé

«C’est irréel tout ça» – Simon Pagé à lui-même

«Lui y est menotté. Lui est en entrave, elle est en entrave...» – Stéfanie Trudeau à un policier venu en renfort

 

Vidéo 4

«Sors dehors!» – Stéfanie à Serge Lavoie

«Dégage! Dégage! Débarrasse! T’es mieux de t’enlever de dans mes jambes» – Stéfanie à Simon Pagé qui la filme

«Ostie, y sont malades mentals. On a rien fait» – Simon Pagé à lui-même

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.