/news/politics
Navigation

Sort de Raif Badawi: le PQ interpelle Justin Trudeau

Raïf Badawi
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC - Le Parti québécois (PQ) a interpellé le premier ministre fédéral désigné, Justin Trudeau, mercredi, afin qu’il intervienne auprès des autorités saoudiennes pour éviter que le blogueur Raif Badawi ne subisse une nouvelle séance de flagellation.

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations Québec-Canada, Stéphane Bergeron, a rappelé que M. Trudeau s’était engagé à mettre de la pression sur l’Arabie saoudite afin qu’elle libère M. Badawi, dont la famille vit actuellement à Sherbrooke.

Le député de Verchères a soutenu que le premier ministre élu ne devait pas s’empêcher d’intervenir sous prétexte qu’il n’est pas encore en fonction.

«Il peut prendre le téléphone, communiquer avec les autorités saoudiennes. Il a la légitimité de le faire et il doit le faire. Il a fait une promesse [...] et personne ne comprendrait qu’il ne le fasse pas», a indiqué M. Bergeron.

L’appel lancé par le PQ survient après que la conjointe de Raif Badawi, Ensaf Haidar, eût affirmé que son mari pourrait bientôt subir une nouvelle séance de flagellation.

Rappelons que Raif Badawi a été condamné à dix ans de prison et 1000 coups de fouet pour «insulte à l’islam». En janvier, il avait reçu une première série de 50 coups de fouet. Les autres séances de flagellation ont toutes été reportées.

Le Parti québécois a également demandé au premier ministre désigné de délivrer rapidement un passeport à M. Badawi dans l’éventualité où le gouvernement saoudien acquiescerait à la demande de Mme Haidar de libérer son mari.

«Le temps nous est compté, chaque seconde compte au moment où on se parle, a fait valoir Stéphane Bergeron. Il faut donc intervenir sans tarder et nous demandons à la fois au gouvernement du Québec et au gouvernement du Canada d’intervenir incessamment, immédiatement, de telle sorte d’éviter cette nouvelle séance de flagellation et mettre un terme, enfin, à cette situation-là, en permettant le rapatriement rapide de Raif Badawi.»


 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.