/news/green
Navigation

Les BPC contaminent Pointe-Claire

Les huiles toxiques du site Reliance migrent dans les eaux souterraines, démontre un rapport confidentiel

Coup d'oeil sur cet article

Les BPC du site Reliance migrent dans le sol et l’eau souterraine, puis contaminent les terrains voisins à Pointe-Claire, selon un rapport du ministère de l’Environnement qu’a obtenu notre Bureau d’enquête en vertu de la Loi sur l'accès à l’information.

Le document, tenu confidentiel depuis sa production en juin dernier, précise l’ampleur du désastre environnemental qu’ont causé Les Équipements de puissance Reliance, une entreprise qui recyclait de vieux équipements électriques gorgés de BPC, sur le boulevard Hymus.

«La contamination observée [...] le long de la limite est du site suggère que les sols contaminés s’étendent au-delà des limites du site», dit le rapport.

Trois propriétés industrielles voisines de Reliance sont donc probablement fortement contaminées aux BPC, selon le document.

L’eau souterraine est elle aussi lourdement polluée aux BPC, furanes et dioxines sur une surface de 4900 mètres carrés. Là encore, la contamination aux BPC «transgresse probablement la limite est du site», mentionnent les experts de la firme TechnoRem, consultés par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques.

Des BPC dans le fleuve?

Le document précise aussi que les eaux souterraines et de surface du site – fortement contaminées – communiquent avec le lac Saint-Louis (fleuve Saint-Laurent).

La Ville de Montréal dit cependant avoir prélevé des échantillons dans un ruisseau à proximité, sans trouver de BPC.

Notre Bureau d’enquête avait révélé en août 2013 la présence sur le terrain de Reliance d’un site illégal d’entreposage de BPC. Quelques mois plus tôt, un énorme réservoir avait laissé s’échapper environ 1000 litres d’huile toxique (plus ou moins une tonne), ce qui avait déclenché une enquête pour en déterminer l’origine.

Aujourd’hui, les données du Ministère indiquent que le terrain de Reliance est littéralement imbibé de BPC et d’autres contaminants. Du côté sud-est du terrain, le sol est littéralement devenu une matière dangereuse sur une profondeur de trois mètres.

En tout, le terrain contient pas moins de 5272 mètres cubes de terre polluée, dont près de 3000 mètres cubes considérés comme une matière dangereuse.

Notre Bureau d’enquête a dû attendre plus de deux mois et insister lourdement pour obtenir ce rapport par la voie de la loi sur l’accès aux documents publics.

Appelé à commenter le dossier, le ministre de l’Environnement, David Heurtel, n’a pas donné signe de vie.

Même silence en provenance du personnel du Ministère, qui n’a pas rappelé pour faire le point sur la situation, un an et demi après la première fuite détectée par ses fonctionnaires.

Nos appels au maire de Pointe-Claire, Morris Trudeau, sont aussi restés sans réponse.

 

Les huiles toxiques ayant contaminé le terrain de l’entreprise Reliance, à Pointe-Claire, dans l’Ouest de Montréal, migrent dans l’eau souterraine et polluent les terrains d’au moins trois entreprises voisines.
Photomontage
Les huiles toxiques ayant contaminé le terrain de l’entreprise Reliance, à Pointe-Claire, dans l’Ouest de Montréal, migrent dans l’eau souterraine et polluent les terrains d’au moins trois entreprises voisines.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.