/news/health
Navigation

L’OMS n’appelle pas à arrêter de manger de la viande

Coup d'oeil sur cet article

Genève | L’Organisation mondiale de la santé s’est défendue jeudi d’appeler les consommateurs à ne plus manger de viande, après la publication d’une étude explosive accusant viande rouge et charcuterie d’augmenter le risque de cancer.

En se basant sur plus de 800 études, le Centre international de recherche sur le cancer a classé lundi la viande transformée, essentiellement la charcuterie, dans la catégorie des agents «cancérogènes pour l’homme», tandis que les viandes rouges – qui, selon le CIRC, incluent le porc et le veau – ont été classées comme «probablement cancérogènes».

Réduire

Cette étude «ne demande pas aux gens d’arrêter de manger de la viande transformée, mais indique que réduire la consommation de ces produits peut réduire le risque de cancer colorectal», a expliqué l’OMS jeudi.

L’agence onusienne cite des recherches attribuant 34 000 décès par an à des alimentations riches en viande transformée. Un chiffre faible en comparaison avec le million de décès annuels attribués au tabac.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.