/24m/food
Navigation

À table avec des végétaliens

La famille Watso-Davignon est végétalienne.
Photo Camille Gaïor, 24H La famille Watso-Davignon est végétalienne.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le Festival Végane de Montréal abordera samedi les défis des familles végétaliennes, qui ne consomment aucune alimentation d'origine animale, le 24 Heures s’est invité à la table des Watso-Davignon, le temps d’un souper.

«Avec des enfants, c’est certain que ça demande une planification et une organisation supplémentaire pour manger végétalien mais aussi parce qu’on essaye aussi de ne pas manger d’aliments transformés», explique Marie Davignon, maman de Arthur, 5 mois et de Léonie, 2 ans et demi.

Comme pour de nombreuses familles, chez les Watso-Davignon, on a des recettes rapides et des classiques pour les soirs de semaine, sauf que ce n’est pas du spaghetti boulettes ou de la pizza aux pepperoni.

Au menu ce soir, des pâtes Alfredo sans œuf, ni fromage, crème ou beurre mais plutôt avec du lait de soja, du paprika, du tahini et du beurre de sésame.

Au menu ce soir, des pâtes Alfredo sans œuf, ni fromage, crème ou beurre mais plutôt avec du lait de soja, du paprika, du tahini et du beurre de sésame.
Photo Camille Gaïor, 24H
Au menu ce soir, des pâtes Alfredo sans œuf, ni fromage, crème ou beurre mais plutôt avec du lait de soja, du paprika, du tahini et du beurre de sésame.

 

«On n’est plus seuls»

Si la vie des végétaliens était un peu un parcours du combattant il y a à peine dix ans, l’offre alimentaire est beaucoup diversifiée.

«C’est vraiment plus simple, même à la garderie, ils ont un menu végé, ajoute Mme Davignon. Mais quand on sort de Montréal, c’est pas évident ou même en voyage, en France par exemple, il y a peu de possibilités, alors on se retrouve souvent à cuisiner à la maison.»

Loin des traditions

Si la résidente de Parc-Extension s’est convertie facilement au végétalisme, la transition n’a pas été aussi facile pour son conjoint.

«Jamais j’aurai pensé devenir végétalien un jour, ce n’est pas dans ma culture», reconnait Xavier Watso. Citoyen de la Première nation des Abénakis d'Odanak, il avait l’habitude de manger de la viande régulièrement, sans oublier les traditionnelles sorties à la chasse.

«À Noël ou pour l’action de grâce, on mangeait de l’outarde et du chevreuil, chassé par quelqu’un de la famille.»

S’informer

Convaincu que ce mode de vie favorise la bonne santé de leur famille, le couple rappelle qu’il ne faut pas bruler les étapes.

«Pour les familles qui se lancent là dedans, il faut vraiment savoir quoi manger, devenir végétalien ce n’est pas juste couper la viande, les œufs et le fromage, il faut rééquilibrer ses menus, trouver des équivalents. C’est les besoins de nos enfants qui sont en jeu», insiste Marie Davignon.

La 2e édition du Festival Végane de Montréal se tiendra ce samedi au marché Bonsecours et proposera une conférence sur l'alimentation des familles véganes, en plus de recettes et de trucs pratiques.