/travel
Navigation

Le châtelain gardien du patrimoine

 En Wallonie, le château d’Attre, un élégant manoir de style néo-classique du 18e siècle.
Photo courtoisie, Paul Simier En Wallonie, le château d’Attre, un élégant manoir de style néo-classique du 18e siècle.

Coup d'oeil sur cet article

ATTRE, Wallonie (Belgique) | Classé monument exceptionnel de Wallonie, le parc du château d’Attre présente autant d’intérêt que le château lui-même, estime le propriétaire des lieux, qui se définit comme le «gardien du patrimoine».

Le château est entre les mains de la famille Demeester depuis sa construction, au milieu du 18e siècle. Quand est venu le moment de décider de la prise en charge de cet encombrant héritage, il y a une trentaine d’années, c’est Baudoin, le plus jeune des cinq enfants – «le fou» comme il se qualifie lui-même – qui a repris le domaine.

«Le château est une maison familiale et non un musée. On essaie de garder l’esprit du lieu», dit-il.

Le châtelain présentant une chaise à porteurs d’intérieur.
Photo courtoisie, Paul Simier
Le châtelain présentant une chaise à porteurs d’intérieur.

Sur le même emplacement, il y avait un ­château fort que l’on a rasé pour édifier, en 1752, une demeure plus moderne, plutôt dans le style manoir néoclassique. Meublé et ­décoré, tout le rez-de-chaussée porte la marque d’origine du 18e siècle.

Chaque année, le propriétaire se fait un ­devoir de refaire une pièce, qu’il s’agisse du système électrique, de la peinture, de la ­tapisserie ou des boiseries.

«Je suis assez manuel. Il le faut, parce que, en tant que propriétaire de château, il faut savoir tout faire et être à la fois plombier, électricien, jardinier, etc.», me dit Baudoin Demeester.

«Pour être châtelains, les deux membres du couple doivent être impliqués, sinon c’est un cas de divorce», ajoute-t-il. Pour faire fonctionner le domaine et accueillir les visiteurs durant la saison, les propriétaires sont ­assistés par un jardinier et par un guide qui, en échange de ses services, est logé sur le ­domaine.

«Le revenu généré par les visites ne permet même pas de payer les frais que nécessite la tonte de la pelouse», dit M. Demeester. Alors, le décor exceptionnel que constituent le ­château et son parc se loue aussi pour des événements spéciaux, comme un rassemblement de 2500 vendeurs d’une marque d’auto durant une journée ou des tournages de films.

La «folie» du château d’Attre, un faux rocher de 33 m de haut.
Photo courtoisie, Paul Simier
La «folie» du château d’Attre, un faux rocher de 33 m de haut.

L’un des plaisirs du châtelain consiste à se plonger, à défaut d’archives propres au ­domaine, dans des recherches historiques. La visite des lieux en sa compagnie est ­l’occasion pour lui d’évoquer, dans un des ­salons, l’impressionnante collection ­d’oiseaux empaillés. «Au 18e siècle, la ­coutume voulait que l’on rapporte de ses voyages des oiseaux en cage que l’on confiait ensuite à un taxidermiste», raconte-t-il.

Puis, après avoir découvert la chapelle cachée dans un placard dans la pièce d’entrée, nous passons successivement au salon de musique, au salon des archiducs et au salon chinois. Les murs de cette dernière pièce sont tapissés de soie importée de Chine.

«Dans tous les châteaux de l’époque, on se devait d’avoir un salon chinois», précise ­Baudoin Demeester.

Le vaste jardin aménagé «à l’anglaise» du château d’Attre est un véritable arboretum. C’est là qu’a été planté le premier marronnier d’Inde de Belgique. «Mon père plantait 10 espèces d’arbres différentes chaque ­année», dit-il.

La curiosité du parc est une «folie» qui prend ici la forme d’un énorme rocher ­artificiel culminant à 33 m. Pour édifier ce poste de guet pour chasseurs, il a fallu huit années à 40 ouvriers et 18 chevaux. Aux abords de ce rocher s’étend un labyrinthe aménagé dans les blocs rocheux d’une ­falaise, dont certaines sections se trouvent dans l’obscurité totale.

Jadis, lors des réceptions, les invités de l’aristocratie s’amusaient à des jeux de cache-cache coquins dans ces lieux...

REPÈRES

  • Air Transat assure en saison des vols directs vers Bruxelles au départ de Montréal, et Air Canada des vols directs toute l’année.
  • Attre se situe à 54 km au sud-ouest de Bruxelles.
  • Le château d’Attre, classé au Patrimoine majeur de la Wallonie, est ouvert aux visiteurs chaque dimanche du mois d’avril jusqu’à la fin octobre. Info: château.de.attre@skynet.be
  • Le château d’Attre accueille des événements spéciaux et sert également de décor pour des tournages cinématographiques.
  • Location d’autos: EuropCar par Europ Auto Montréal: www.europauto.ca
  • Info sur la Wallonie-Bruxelles: www.belgique-tourisme.qc.ca ou tél. 1 877 792-4939.