/finance
Navigation

Taux de chômage inchangé au Québec, à 7,7 %, légère baisse au Canada

Sur 12 mois par contre, la croissance de l'emploi à temps plein au Québec est l'une des meilleures de tout le Canada.

Bloc travail emploi restaurant employés
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Le taux de chômage dans la province n’a pas varié de septembre à octobre dernier, se maintenant à 7,7 %, a indiqué Statistique Canada vendredi.

De septembre à octobre, le Québec a perdu 5600 emplois, en baisse de 0,1 %. Une baisse marquée dans l’emploi à temps plein (24 600 emplois perdus) a été partiellement compensée par la création de 18 800 emplois à temps partiel.

Sur une période d’un an (octobre 2014 à octobre 2015), l'emploi dans la province a enregistré une hausse de 47 000 postes (+1,2 %). Cette hausse s'est entièrement produite au cours des quatre premiers mois de 2015, précise l’agence fédérale.

À l’échelle du pays, l'emploi a augmenté de 44 000 (+0,2 %) en octobre et le taux de chômage a baissé de 0,1 point de pourcentage, à 7 %.

Par rapport à 12 mois plus tôt, l'emploi au Québec était en hausse de 47 000 (+1,2 %), et cette hausse s'est entièrement produite au cours des quatre premiers mois de 2015. Si, durant cette période, une baisse de l'emploi à temps partiel a été observée, l'emploi à temps plein a connu une croissance plus soutenue, avec quelque 59 000 postes supplémentaires, pour une croissance de 1,8 %, la deuxième meilleure au Canada, après la Colombie-Britannique.

Au cours des 12 derniers mois, les secteurs d'emploi les plus vigoureux dans la province ont été les administrations publiques (fédéral, provincial, municipal), du transport, et les services professionnels, scientifiques et techniques.

Le secteur le plus affecté par les pertes d'emploi est celui des mines (perte de 15 % de tous les emplois), suivi de celui de la construction, avec 36 000 travailleurs de moins.

Dans l'ensemble du Canada, l'emploi a progressé moins rapidement qu'au Québec au cours des 12 derniers mois, avec une croissance de 143 000 (+0,8 %), mais cette progression est entièrement attribuable au travail à temps plein.