/news/society
Navigation

À la récolte à Pointe-Claire

1914

Coup d'oeil sur cet article

Avant Après
Photo courtoisie de la Société pour la Sauvegarde du Patrimoine de Pointe-Claire
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse

 

Pointe-Claire agricole

photo Courtoisie de la Société pour la Sauvegarde du Patrimoine de Pointe-Claire

Il n’y a pas d’âge pour faire les foins à Pointe-Claire! Assise sur le chargement, la petite Laura Legault accom­pagne ses frères pour la récolte estivale. Les jeunes garçons avaient quotidiennement la responsabilité du poney, qu’ils attelaient eux-mêmes à la carriole pour faire les commissions ou aller à l’école au village de Pointe-Claire. Depuis la construction du moulin à vent, en 1710, jusqu’au début du 20e siècle, l’agriculture était la principale activité à Pointe-Claire. Au blé cultivé au 18e siècle s’ajoutaient de nouvelles cultures et de l’élevage après 1850. Pour preuve, l’exposition agricole du comté de Jacques-Cartier à Lachine, en 1861, où les familles de cultivateurs (Charlebois, Dagenais, Legault, Smith et Taylor) raflèrent plusieurs prix d’excellence pour leurs betteraves, carottes, maïs et patates, et pour leurs taureaux, génisses, brebis et verrats. Samuel Brion, l’aubergiste du village, se démarqua avec le prix du plus bel étalon de trait! Si l’agriculture prend un nouvel essor au 19e siècle, elle disparaît graduellement du paysage riverain de Pointe-Claire au 20e siècle, comme en témoigne l’histoire de la famille Legault.

La maison Legault

photo Courtoisie de la Société pour la Sauvegarde du Patrimoine de Pointe-Claire

À travers les feuillages, on aperçoit la maison de ferme des Legault du 105, chemin Bord-du-Lac, construite vers 1760. Toujours présents au début du 20e siècle, les Legault ont vu de plus en plus de touristes descendre du train pour profiter pendant quelques jours des activités de villégiature sur les rives du lac Saint-Louis. Véritables précurseurs de l’agrotourisme, les

Legault construisirent des cottages au bord du lac pour héberger les vacanciers! Cet attrait des urbains pour le riva­ge et une vie paisible à la gentleman-farmer transforma la petite localité paysanne. De nombreux Montréalais aisés choisissent d’établir leur rési­dence secondaire à Pointe-Claire, achetant les terres agricoles et détruisant les vieilles fermes. Avec celles d’Antoine Pilon (1710) et d’Hyacinthe-Jamme-dit-Carrière (1780), la demeure des Legault est une des rares maisons de ferme de Pointe-Claire qui rappelle que, pendant longtemps, l’ouest de l’île de Montréal a été agricole. La démolition de plusieurs de ces maisons centenaires dans les décennies suivantes entraîna la création de la Société pour la sauvegarde du patrimoine de Pointe-Claire en 2000, vouée, entre autres, à leur protection.

Le chemin du Bord-du-Lac

photo Courtoisie de la Société pour la Sauvegarde du Patrimoine de Pointe-Claire

Juste à côté du grand frère de Laura qui tient le poney par le licou, on remarque un trottoir en bois. Il permettait aux femmes d’épargner leurs jupons de la boue et de la poussière du chemin. C’est en 1706 que l’intendant Raudot ordon­na l’ouverture d’un chemin au bord du lac, entre La Présentation (Dorval) et la pointe ouest de l’île. Même si les carrioles s’enlisaient facilement lors du dégel ou de grosses pluies, le chemin du Bord-du-Lac permit le développement local des villages de l’ouest de l’île tels que Pointe-Claire. Pour financer l’entretien, on installa vers 1846 des barrières de péage qui rapportaient bien peu. Les cultivateurs faisaient en effet des détours par les montées et traverses pour aller vendre leurs produits au marché! Dès les années 1850, du fait du mauvais état du chemin, les voyageurs qui allaient à Toronto ou Ottawa délaissèrent la diligence pour le bateau-vapeur ou le train, plus rapides. C’est dans les années 1920 que l’on dota la route de trottoirs en ciment et d’un revêtement de bitu­me. L’arrivée de l’automobile se faisait indéniablement sentir!


♦ Si les photos d’antan vous passionnent, n’hésitez pas à vous procurer le calendrier historique de Pointe-Claire 2016 qui sera bientôt mis en vente par la Société pour la sauvegarde du patrimoine de Pointe-Claire.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.