/lifestyle/health
Navigation

Le genou mystérieux

Coup d'oeil sur cet article

Vous rappelez-vous Dominique, notre jeune sexagénaire? Il avait de fortes douleurs, autoévaluées à 8/10, aux genoux, sans qu’on soit capable d’expliquer la raison et l’intensité de la douleur. Plusieurs tests objectifs ne nous permettaient pas de conclure à un problème précis. On redoutait un peu d’arthrose combinée à un problème méniscal complexe. Mais on ne s’expliquait vraiment pas la forte douleur qui l’empêchait de dormir.

Après avoir passé une résonance magnétique*, appareil permettant de visualiser des structures non visibles sur des clichés radiologiques simples, le verdict est tombé: déchirure complexe du ménisque interne du genou et arthrose ou usure de modérée à importante aux genoux.

Avec ce constat, le médecin de Dominique l’a adressé à un orthopédiste pour faire le point sur la situation de ses genoux.

Le spécialiste évaluera la pertinence d’une chirurgie ou conseillera un traitement conservateur et anti-inflammatoire. La physiothérapie plus intensive pourrait être envisagée.

Condition améliorée

Quelques semaines s’étant écoulées, la condition de Dominique s’est grandement améliorée. Le temps est souvent un bon allié. Il ressent encore des douleurs, mais elles sont plus tolérables. Il peut vaquer à ses activités de la vie quotidienne sans trop de difficulté et d’inconfort.

Probablement que la forte douleur ressentie était engendrée par la combinaison de deux ou plusieurs problèmes réunis. Par ailleurs, vous savez que le seuil de douleur varie d’une personne à l’autre et il peut varier aussi pour la même personne selon différentes périodes de la vie.

*La résonance magnétique ou l’IRM: c’est l’utilisation d’un champ magnétique produit par un aimant pour reformer des images. C’est utile pour l’étude des pathologies du rachis tout en étant non invasif. Encore difficilement accessible et coûteux, c’est quand même devenu un outil incontournable. On peut y voir plus précisément les muscles, les tendons, les ménisques, les os, etc.

Mal partout

Je vous ai déjà dit que je pratique le tennis régulièrement depuis 20 ans. Cependant, à l’occasion, avec une autre gang de chums, je reviens à mon premier amour, soit le badminton.

Dany, jeune cinquantaine, est l’organisateur en chef. Trois à quatre fois par semaine, des amateurs de sport se réunissent avec lui le midi pour jouer au badminton de façon très compétitive. Ils se tiennent ainsi en forme depuis plusieurs années et les retombées positives sont nombreuses à plusieurs niveaux.

Dany a appris à jouer sur le tard et sa technique et son style ne sont pas très fluides et orthodoxes. Il doit compenser par sa force physique surprenante, son grand cœur et son désir de vaincre. Disons que ce n’est pas un naturel pour qui tout est facile, mais il ne lâche jamais.

En jouant deux fois par semaine, il est toujours parvenu à se tenir à l’abri des petits bobos du sport.

Cependant, récemment, son grand amour du badminton l’a poussé à jouer trois à quatre fois hebdomadairement. C’était trop! Il en résulte que notre expert du moineau a développé plusieurs petites blessures de répétitions comme des tendinites et des bursites. Mal à l’épaule, mal au coude et douleur à l’aine ont eu raison de lui. Il n’a plus le choix, il doit prendre un repos forcé!

Lui aussi devra apprendre à doser, surtout quand on effleure la cinquantaine. Par chance qu’il connaît un bon physio!