/travel/destinations
Navigation

42 heures à Édimbourg

Coup d'oeil sur cet article

Édimbourg a cette particularité de posséder une architecture grise qui éblouit. Bâtie sur un volcan, la romantique écossaise est une des plus belles villes de Grande-Bretagne.

Si, avec le retour du Parlement écossais en 1999 (aboli en 1707), la capitale a retrouvé son prestige politique, elle n’en avait pas perdu pour autant son importance historique et son attraction culturelle. Les festivals de théâtre et d’arts de la rue du mois d’août, qui attirent chaque année plusieurs dizaines de milliers de touristes, en constituent la plus belle des preuves.

VENDREDI

17 h

L’arrivée

L’aéroport se situe à environ une heure de bus du centre-ville d’Édimbourg, où il est conseillé de loger pour bien profiter de sa fin de semaine et ainsi privilégier la marche au bus. Il faudra compter environ 130 $ par nuit pour une chambre à 1. l’Hotel Motel One Edinburgh-Royal, à quelques pas de l’arrêt des bus. Dans le ­quartier central New Town, le petit 2. hôtel Castle View Guest House offre des chambres à 200 $, avec ­parfois vue sur le château.

Le site de locations par des particuliers Airbnb reste une bonne solution. Il propose quelques chambres à moins de 50 $ dans des coins stratégiques (près du château, de Holyrood Park ou de la gare centrale).

19 h

À la mode écossaise

Autant faire tout de suite comme les habitants du coin: direction le pub! Rose Street, une des principales artères de New Town, passe pour être l’endroit où l’action se passe. L’institution 3. Abbotsford devrait vous plonger tout de suite dans ­l’ambiance à l’écossaise.

Il faut s’asseoir (s’il y a encore de la place) à l’impressionnant bar en bois qui trône au centre de la pièce du bas. Pour ceux qui ont faim – après tout, il est l’heure de souper – le restaurant se trouve à l’étage au-dessus.

SAMEDI

9 h

Le cœur d’Édimbourg

Il est le symbole de la capitale écossaise, veillant de jour comme de nuit sur ses habitants du haut de Castle Rock; il a été une caserne militaire, une résidence royale ou encore une prison: 4. le château d’Édimbourg a tout connu, depuis les luttes avec les Anglais, dont le destin tragique de la reine Marie Stuart est un des ­épisodes les plus connus.

Les bâtiments situés à l’intérieur de l’imposante enceinte n’ont pas tous le même intérêt. Les musées militaires se visitent rapidement. En revanche, la découverte des anciennes prisons, reconstituées pour plonger les touristes dans une ambiance sombre, ne laisse pas indifférent.

Néanmoins, c’est bien le palais royal qui remporte les suffrages, avec les joyaux de la couronne ­(couronne, sceptre et épée). À cela s’ajoute la Pierre de la Destinée qui accompagnait les premiers ­souverains écossais lors de leur couronnement.

12 h

Promenade royale

En redescendant, on prend le temps de flâner sur l’artère la plus touristique de la capitale, le Royal Mile. Composée de quatre courtes rues – Castle Hill, Lawnmarket, High Street et Canongate – elle relie les deux hauts lieux de la royauté – le château d’Édimbourg et 5. le palais de ­Holyrood.

On trouve de tout, sur cette voie ­pavée: des magasins de kilts, des ­cafés, des restaurants (pas tous ­réputés pour leur qualité...), des joueurs de cornemuse et, surtout, une architecture qui nous replongerait presque au Moyen-Âge.

Un arrêt s’impose à la 6. cathédrale Saint-Gilles. Construite au 14e siècle, la principale église d’Édimbourg séduit par son sommet en forme de couronne et, à l’intérieur, par ses sublimes voûtes.

14 h

Place au haggis

Montréal a sa poutine, Édimbourg a son haggis. 7. L’Arcade Bar, sur Cockburn Street, en plein cœur de la vieille ville, est une référence en la matière. À première vue, le haggis peut en rebuter certains: la panse de brebis est farcie avec des abats de l’animal, le tout agrémenté de flocons d’avoine et servi avec une purée de pommes de terre et une autre de ­navets. Malgré cette description, faites-nous confiance: c’est délicieux!

L’Arcade Bar a la particularité de présenter ce plat national sur trois étages (de haut en bas: la viande, les navets et les pommes de terre). On peut même ajouter de la sauce au whisky.

16 h

Un peu de dorure

On repart sur le Royal Mile. Tout au bout trône le palais de Holyroodhouse, où la reine Elizabeth II séjourne lors de ses ­vacances estivales. La visite vaut la peine pour, entre autres, les plafonds en haut-relief des appartements d’État.

Avant de partir, n’oubliez pas de visiter les ruines de l’abbaye située à côté du palais. Cet édifice, avec sa nef désormais à ciel ouvert, reste ensorcelant.

19 h

Le fish and chips

Passer par Édimbourg sans goûter au traditionnel fish and chips relèverait presque du sacrilège! D’innombrables ­établissements proposent ce plat simple – du poisson frit et des frites.

Prenez un bus à deux étages depuis New Town pour vous rendre au 8. Tailend Restaurant And Fish Bar, sur ­Albert Place. L’endroit est sans chichis, mais votre faim sera comblée avec goût. Vous pourrez ainsi goûter au haddock, le poisson-roi en Écosse.

DIMANCHE

9 h

Un bol d’air frais

Certes, ce ne sont pas les célèbres Highlands, région du nord de l’Écosse où les plaines et les collines s’étendent à perte de vue, mais 9. le Holyrood Park devrait tout de même ravir ceux qui aiment les grands espaces. Autant le dire tout de suite: ça grimpe! Plusieurs itinéraires sont proposés, selon les envies de chacun. On prend la «formule classique» et on ­atteint le sommet en deux heures, en ­profitant de la vue incroyable sur la ville.

Édimbourg en bref

  • Population: environ 487 500 habitants (2011). Glasgow est la ville la plus peuplée d’Écosse (près de 600 000 hab.)
  • Monnaie: la livre sterling
  • Festivals: The Edinburgh International Festival et The Edinburgh Festival Fringe sont les deux principaux événements culturels de la ville. Si vous décidez de vous rendre à Édimbourg pour en profiter, en août, pensez à réserver ­plusieurs mois à l’avance.

Comment s’y rendre

  • Air Canada propose des vols avec escale depuis Montréal.
  • Si vous voyagez ailleurs en Europe, sachez que plusieurs compagnies à bas coût (Easyjet et Ryanair) offrent des vols directs pour Édimbourg depuis la plupart des grandes capitales du continent.