/news/politics
Navigation

L'homme d'affaires Daniel Guay s'excuse à la députée Simard de lui avoir touché un sein

«Je regrette aujourd'hui que soient éclaboussés dans ce tourbillon ma famille et mon conjoint», a déclaré Daniel Guay

L'homme d'affaires Daniel Guay s'excuse à la députée Simard de lui avoir touché un sein
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La députée libérale dans Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard, a réclamé et obtenu, lundi, des excuses de l’homme d’affaires de Baie-Saint-Paul Daniel Guay, qui lui a saisi un sein lors d’un cocktail dînatoire, vendredi dernier.

«Je tiens sincèrement et profondément à m’excuser publiquement à la députée Caroline Simard du geste déplacé et inapproprié que j’ai posé à son endroit vendredi dernier», a répondu celui qui est direc­teur d’Hébergement-Charlevoix.

L'homme d'affaires Daniel Guay s'excuse à la députée Simard de lui avoir touché un sein
Archives Journal de Québec, Stevens Leblanc

M. Guay a précisé qu’il n’avait jamais eu l’intention d’attenter à sa pudeur.

«Je regrette aujourd’hui que soient éclaboussés dans ce tourbillon ma famille et mon conjoint tout en assumant l’entière responsabilité de mes gestes.»

Réitérant l’importance de dénoncer toute forme d’agression sexuelle, la députée Caroline Simard a mentionné qu’elle préférait une «justice réparatrice» comme solution de rechange plutôt que de se tourner vers le système judiciaire traditionnel.

«Pas d’ambiguïté»

Ainsi, la députée souhaitait que son agresseur allégué reconnaisse ses torts, ce qui a été fait en fin de journée lundi.

L’incident est survenu à l’Hôtel Le Germain de Charlevoix lors d’une soirée au profit du Musée d’art contemporain.

Le lendemain, Mme Simard révélait sur sa page Facebook qu’un homme d’affaires «très bien connu du milieu» a eu le «culot» de lui «prendre directement un sein (sans aucune ambiguïté!)», lors d’une prise de photo.

«J’ai dénoncé un geste inacceptable et qui devra toujours le demeurer», a notamment expliqué celle qui est l’adjointe parlementaire du premier ministre en matière de lutte contre l’intimidation.

Hier soir, à l'Hôtel Le Germain Charlevoix, avait lieu le cocktail dînatoire au profit du Musée d'art contemporain de...

Posté par Caroline Simard sur samedi 7 novembre 2015

Courage salué

La dénonciation de Mme Simard a été saluée par plusieurs personnes.

«C’est un acte certainement très courageux puisqu’on met à l’avant-scène la question de toucher des parties intimes, mais aussi parce que les gens vont lire ce témoignage et ne vont pas tous nécessairement y croire», a souligné la présidente du Conseil du statut de la femme, Julie Miville-Dechêne.

La présidente de l’R des centres de femmes du Québec, Carolle Mathieu, abonde dans le même sens.

«J’espère que ça suscite de la révolte, encore, encore et encore», s’est-elle insurgée.

Quant au président de la Chambre de commerce de Charlevoix, Julien Dufour, il souhaitait que l’homme d’affaires sorte de l’ombre.

Les intervenants consultés soutiennent qu’il revient uniquement à Mme Simard de prendre la décision de porter plainte ou non contre l’homme d’affaires.

— Avec la collaboration de Sophie Côté et de Jean-François Racine

Caroline Simard

  • Née en juillet 1974 (41 ans)
  • Députée pour le Parti libéral du Québec dans Charlevoix-Côte-de-Beaupré
  • Élue en avril 2014, l’emportant contre Pauline Marois
  • Adjointe parlementaire du premier ministre pour les volets jeunesse et petite enfance, de même que pour la lutte contre l’intimidation.

Extrait de Facebook:

«Hier soir, à l’Hôtel Le Germain Charlevoix, avait lieu le cocktail dînatoire au profit du Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. (...) Une soirée qui aurait été parfaite si ça n’avait été de cet homme d’affaires de Baie-Saint-Paul, très bien connu du milieu, qui a eu le culot de me prendre directement un sein (sans aucune ambiguïté!) lors d’une prise photo qu’il a lui-même sollicitée, de ne jamais s’excuser après mes réactions et d’OSER me dire avec un sourire après “l’incident” qu’il connaît ma mère! Comme si ça lui donnait la permission... (Je m’arrête ici).»

 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.