/news/currentevents
Navigation

Encore des travaux mal planifiés sur le Plateau

Gorka Brassard et Pierre Thibault, associés de la Taverne Saint-Sacrement, sont exaspérés de voir apparaître sans avertissement des cônes orange devant leur établissement de l’avenue du Mont-Royal.
Photo Karine Limoges Gorka Brassard et Pierre Thibault, associés de la Taverne Saint-Sacrement, sont exaspérés de voir apparaître sans avertissement des cônes orange devant leur établissement de l’avenue du Mont-Royal.

Coup d'oeil sur cet article

Des commerçants du Plateau-Mont-Royal sont furieux de faire une fois de plus les frais de travaux sans avoir été avisés par la Ville de Montréal.

L’administration montréalaise avait pourtant fait une priorité de mieux communiquer l’évolution de ses chantiers aux personnes concernées.

Dans un courriel adressé à la Société de développement de l’avenue du Mont-Royal (SDAMR), elle a admis avoir failli à sa tâche.

Les travaux ont commencé sans préavis à l’angle de l’avenue du Mont-Royal et de la rue Saint-Hubert, il y a une semaine. Mardi matin, le marteau-piqueur s’est attaqué à l’asphalte refait l’an dernier sous le regard sidéré des commerçants.

Perte de revenus

Pour Pierre Thibault, associé à la Taverne Saint-Sacrement, ce «je-m’en-foutisme total» de la Ville de Montréal est un gag en continu.

«La baisse de la clientèle a fait en sorte que j’ai perdu 30 % de mon chiffre d’affaires la semaine dernière», peste M. Thibault.

Uriel Elmaleh, propriétaire de la boutique Bruffo, fulmine contre le manque de planification municipale. «C’est une gifle de plus après les travaux d’Hydro-Québec en décembre dernier qui se sont étirés jusqu’à Noël», argumente-t-il.

Ce dernier est à l’origine d’une vidéo mise en ligne sur les réseaux sociaux dénonçant le ras-le-bol des marchands du Plateau qui protestent d’être laissés pour compte.

Nouvelle employée

La Commission des services électriques, chargée des travaux, a admis son oubli dès le lendemain. En fonction depuis peu, la coordonnatrice Helka Rodriguez s’est excusée d’«avoir omis d’envoyer un communiqué du début des travaux» aux intéressés.

«Je comprends la frustration des membres, et ce, tant qu’on ne nous mettra pas dans le coup», estime le directeur général de la SDAMR, Charles-Olivier Mercier.

« Fiasco » l’an dernier

Pour certains, le souvenir des travaux qui s’étaient prolongés en décembre 2014 est encore douloureux. «C’était un fiasco, c’était mal organisé et peu d’informations avaient circulé. On avait pourtant travaillé pour une meilleure communication en amont. Nous pensions que c’était réglé», dit M. Mercier.

Le chantier qui devait se terminer vendredi se terminera finalement demain.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Sur le même sujet