/news/currentevents
Navigation

La SQ détruit une preuve par erreur

Léo Boulet
Photo courtoisie Léo Boulet est accusé d’avoir tiré sur Tom Plante avec un révolver qui était caché derrière son comptoir. Les images vidéos de la caméra qui filmaient ont été effacées par erreur par les policiers.

Coup d'oeil sur cet article

ROUYN-NORANDA | Des enquêteurs de la Sûreté du Québec ont détruit par erreur une importante preuve vidéo concernant une histoire de vol de dépanneur qui a mal tourné.

Le 20 janvier dernier, les frères Tom et Benoît Plante auraient tenté un vol qualifié au dépanneur Chez Léo, de Rouyn-Noranda, en Abitibi. Le propriétaire du dépanneur, Léo Boulet, 76 ans, a tiré sur Tom Plante dans le dos, lui causant de sérieuses blessures.

Deux caméras de surveillance ont filmé l’altercation. L’une filmait la porte d’entrée et l’autre l’arrière du comptoir.

Les images se trouvaient sur une cassette et ont été saisies par les policiers. En voulant transférer les images sur un support USB, les enquêteurs ont effacé les images de la caméra qui filmait l’action qui s’est déroulée derrière le comptoir.

Tom Plante, accusé
Photo d'Archives
Tom Plante, accusé

 

«La meilleure preuve»

«C’est très dommage, car c’est la meilleure preuve qui existait. Les enquêteurs ont pu la voir, mais pas moi. Toutes les personnes qui ont pu voir les images pourraient témoigner dans un éventuel procès, mais ce n’est jamais comme avoir les images. Il s’agissait d’une preuve objective», a déploré l’avocat de la défense, Me Claude Boulianne, qui a laissé le bénéfice du doute aux policiers sur les circonstances entourant la destruction de la preuve.

«En raison de la vétusté de l’appareil, les enquêteurs n’ont pas été en mesure de récupérer les images, malgré l’aide de notre soutien technique», a confirmé le lieutenant Daniel­­ Thibaudeau, de la SQ.

Me Boulianne a refusé de dire ce que l’on peut voir sur les images qui filmaient l’entrée du dépanneur et qui n’ont pas été effacées.

Mais on sait que les deux frères avaient en leur possession un bâton de baseball et des attaches lorsqu’ils sont entrés dans le dépanneur. Ils savaient que Léo Boulet avait une arme­­ à feu.

Pendant le vol, Benoît Plante aurait asséné deux coups de bâton à Léo Boulet. Lorsque ce dernier a vu Tom s’approcher avec les attaches, il lui aurait dit que ce n’était pas nécessaire­­ de l’attacher et leur a donné l’argent.

Toute cette action se serait déroulée derrière le comptoir et avait potentiellement été filmée par la caméra­­.

«Après le vol, Benoît a quitté les lieux en premier. Tom le suivait, mais pendant qu’il quittait le dépanneur, Léo Boulet a fait feu dans son dos. Il a été atteint quelques pouces au-dessus des fesses», a indiqué Me Marc-André­­ Roy lors de l’enquête sur remise en liberté des deux frères au mois de février.

Accusations

Léo Boulet est notamment accusé de possession d’une arme prohibée, de voies de fait graves et d’avoir déchargé une arme à feu.

Les frères Plante pourraient, quant à eux, plaider coupables en janvier à des accusations de vol qualifié.

La cause du propriétaire du dépanneur Léo Boulet a été remise au 23 février.


 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.