/news/health
Navigation

Un nombre record d’omnipraticiens ont délaissé le régime public cette année

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de l’année, deux fois plus d’omnipraticiens ont fait le saut au privé dans la région de Québec par rapport à 2014. Le phénomène est encore plus marqué à l’échelle provinciale.

En date du 23 octobre, quelque 56 omnipraticiens québécois avaient délaissé le régime public, comparativement à une vingtaine l’an dernier, montre le plus récent relevé de la Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ).

La région de Québec compte maintenant 26 médecins de famille en pratique privée, soit le double d’il y a deux ans. En octobre seulement, deux jeunes omnipraticiennes ont opté pour la médecine familiale privée, un secteur en croissance dans la capitale.

Elles ne sont pas les seules puisque d’autres jeunes médecins québécois fraîchement diplômés tournent également le dos au système public.

« Phénomène prévisible »

«On trouve cela très malheureux, mais ça n’est pas surprenant. C’est clair que le projet de loi 20 [adopté mardi] a joué dans ces décisions. Espérons que cela va se calmer, mais il faut que la coercition et les menaces cessent», soulève le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin.

Selon les dernières données de la RAMQ, 353 médecins québécois, incluant les spécialistes, ne participent pas au régime public, ce qui représente 1,8 % des effectifs globaux.

Infirmières au privé

«En allant au privé, les médecins cherchent un environnement de pratique adéquat, plus que de l’argent supplémentaire. Le régime public est loin de toujours leur offrir cela. On voit le même phénomène chez les infirmières qui sont recrutées par le secteur privé», constate le Dr Godin.

Il se dit confiant que la cible de 71 % de Québécois inscrits auprès d’un médecin de famille sera atteinte, au 31 décembre. «Notre plus grand défi demeure l’inscription des patients. Les médecins font les efforts nécessaires. On s’attend à ce que le ministre de la Santé respecte ses engagements», souligne le Dr Godin.