/finance/opinion/columnists
Navigation

Oups! 2 milliards de plus

Coup d'oeil sur cet article

Par rapport à la rémunération actuelle, ce n’est pas une facture supplémentaire de 4,2, mais bel et bien de 6,2 milliards de dollars que représente l’augmentation salariale offerte sur 5 ans par le gouvernement Couillard aux 578 000 employés de l’État.

À ce stade-ci des «négociations» avec les chefs syndicaux du Front commun des employés de l’État, je crois pertinent de rappeler à la population que l’offre de 4,2 milliards déposée vendredi dernier par le gouvernement Couillard et son ministre Martin Coiteux ne comprenait pas le coût de progression dans les échelles salariales.

Pardon? Au gré de l’accumulation d’années d’expérience, les employés de l’État grimpent d’échelle salariale, ce qui va procurer à tous les employés qui n’ont pas atteint le dernier échelon de leur rémunération une plus forte augmentation de salaire que l’offre présentement sur la table.

À combien s’élève à elle seule la facture portant uniquement sur ladite progression permettant aux employés d’augmenter automatiquement de salaire en grimpant bon an mal dans les échelles salariales?

À rien de moins que 2 milliards pour les cinq prochaines années, soit 400 millions par année.

Hausse salariale

Ainsi, par rapport à aujourd’hui, les employés de l’État se partageront d’ici cinq ans une hausse salariale minimale de 6,2 milliards de dollars.

Je dis «minimale» parce qu’il semble assez clair que le président du Conseil du trésor et négociateur en chef du gouvernement Couillard, le ministre Martin Coiteux, va devoir bonifier un tantinet ses offres d’augmentation salariale s’il veut conclure une entente négociée avec les employés de l’État.

QUI PAYE?

En réaction à ma chronique de mardi «Jusqu’à 7500 $ par employé», bien des syndiqués sont choqués après moi. Ils n’ont guère apprécié mes calculs laissant voir que l’augmentation salariale de 4,2 milliards sur 5 ans présentée vendredi dernier par le ministre Coiteux équivalait à une hausse salariale moyenne allant de 6325 $ à 7547 $ par employé.

On parle bien ici d’une moyenne! Évidemment, la hausse individuelle variera en fonction du salaire de chacun. Plus le salaire est élevé, plus gros sera le montant brut de l’augmentation et vice-versa. Je n’ai pas entendu les chefs syndicaux réclamer le partage égal des hausses brutes de salaire!

Maintenant, si on ajoute les 2 milliards d’augmentation attribuable à la progression dans les échelles de salaire, la hausse salariale moyenne par tête d’employé de l’État passe à 10 726 $ sur cinq ans.

Chose certaine, la facture de l’augmentation salariale proposée jusqu’à présent par le gouvernement Couillard est tout de même rendue à 6,2 milliards de dollars. Elle devra être épongée par les 4 millions de contribuables imposables du Québec, soit une ponction moyenne de 1550 $ par poche de contribuable.

Où est la limite?

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.