/entertainment
Navigation

Georges-Hébert Germain s’éteint à 71 ans

L’auteur et biographe était atteint d’une tumeur au cerveau

Georges-Hébert Germain a signé plusieurs biographies au cours de sa prolifique carrière.
Photo d'archives Georges-Hébert Germain a signé plusieurs biographies au cours de sa prolifique carrière.

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec a perdu l’une de ses plus belles plumes. L’écrivain Georges-Hébert Germain, à qui l’on doit notamment les biographies de Céline Dion et de René Angélil, est décédé à l’âge de 71 ans, vendredi, d’une tumeur au cerveau dont il souffrait depuis septembre 2013.

«Quand on le rencontrait, ça voulait dire avoir envie d’écrire ou de peindre ou de chanter», a commenté son ami, le poète Gilles Vigneault, joint par le Journal, soulignant qu’il était un homme «inspirant» qui avait «un don pour la conversation».

«Rien de ce qui était humain ne le laissait indifférent», a-t-il ajouté.

Auteur prolifique, Georges-Hébert Germain était d’abord connu comme biographe, ou «portraitiste», appellation qu’il préférait. On lui doit les biographies de Céline Dion, René Angélil, Thérèse Dion, Robert Bourassa, Guy Lafleur, Monica la mitraille et Marc Favreau ainsi que des ouvrages sur Christophe Colomb, sur les coureurs des bois et sur le peuple Inuit, notamment.

Il était également journaliste, chroniqueur, scénariste et essayiste. Il a signé, entre 2013 et 2014, des entrevues, publiées dans le Journal de Montréal. Sa dernière était avec Gilles Vigneault, un ami qu’il admirait grandement.

En 1997, l’auteur publiait la biographie de Céline Dion, <i>Ma vie, mon rêve</i>.
Photo d'archives
En 1997, l’auteur publiait la biographie de Céline Dion, Ma vie, mon rêve.

Un enthousiaste

Plus qu’un écrivain, Georges-Hébert Germain était un humaniste, un observateur du quotidien qui décelait la fragilité de l’humain là où très peu se seraient attardés. Il avait un enthousiasme pour l’Autre qui n’a jamais faibli.

Il s’est éteint à la résidence où il séjournait depuis plusieurs mois.

Deuxième d’une famille de 14 enfants, Georges-Hébert Germain est né le 20 août 1944 dans le petit village de Les Écureuils (aujourd’hui intégré à Donnacona), à quelques kilomètres à l’ouest de Québec.

Ses romans, essais, et biographies ont tous été très remarqués. Souvenirs de Monica, publié en 1997, a été utilisé pour écrire le scénario du film Monica La Mitraille en 2004. Il a également signé de nombreux scénarios et textes pour des productions cinématographiques et télévisuelles.

Georges-Hébert Germain laisse dans le deuil son épouse, l’attachée de presse de Céline Dion, Francine Chaloult (à gauche), et sa fille, la romancière Rafaële Germain (au centre).
Photo d'archives
Georges-Hébert Germain laisse dans le deuil son épouse, l’attachée de presse de Céline Dion, Francine Chaloult (à gauche), et sa fille, la romancière Rafaële Germain (au centre).

Un parcours remarquable

Au cours de sa remarquable carrière, Georges-Hébert Germain a remporté de moults honneurs, dont le prix Brascan pour un portrait de Robert Charlebois en 1981, le prix Air Canada pour un reportage sur le Japon en 1987, le prix Jules-Fournier en 1995, le prix Judith-Jasmin, le prix Genève-Montréal pour Inuit, Les peuples du froid, en 1996. Il a également été finaliste pour le Prix du Gouverneur général en 1991 et s’est mérité deux fois le Grand Prix d’excellence de la Fondation nationale des prix du magazine canadien.

<b> Gilles Vigneault</b>  <br>  <i> Ami </i>
Photo d'archives
Gilles Vigneault
Ami

En 2013, il a publié son 20e ouvrage, Jadis, si je me souviens bien..., un récit dans lequel il remontait le cours du temps pour raconter son enfance et faire revivre l’époque où les jeunes se baignaient dans le fleuve Saint-Laurent

Il laisse dans le deuil son épouse, Francine Chaloult, attachée de presse très connue dans le domaine culturel, sa fille, l’auteur Rafaële Germain, et de nombreux amis au sein de la communauté artistique.

- Avec la collaboration de Marie-France Bornais et de l'Agence QMI.

 

De nombreux accomplissements

Georges-Hébert Germain a écrit une vingtaine d’ouvrages entre 1990 et 2013.

Il a remporté, entre autres:

  • Le Prix Judith-Jasmin (1987)
  • Le Grand Prix d’excellence (médaille d’or et médaille d’argent en 1988 et 1990)
  • Le Prix de l’Association québécoise des éditeurs de magazines (1994 et 1995)
  • Le Prix Jules-Fournier
  • Le Prix Louis-Cantigny
  • Le Prix Genève-Montréal
  • Il a été fait Chevalier de l’Ordre national du Québec en 2014.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.