/misc
Navigation

L’exemple du New Hampshire

SPO-HKO-HKN-MONTREAL-CANADIENS-V-NEW-YORK-ISLANDERS
Photo d'archives, AFP Si la distance entre la ligne bleue et le filet était réduite, les tirs de joueurs comme P.K. Subban deviendraient encore plus dangereux.

Coup d'oeil sur cet article

Un week-end que je n’oublierai pas de sitôt.

J’ai été touché par les propos tenus par les nouveaux membres du Panthéon du hockey d’autant plus qu’ils représentaient trois pays: Nicklas Lidstrom, la Suède, Sergeï Fedorov, la Russie, et Phil Housley, les États-Unis.

Est-il besoin de préciser que j’ai apprécié au plus haut point ces trois joueurs, j’ai apprécié leur professionnalisme et surtout l’impact qu’ils ont exercé sur le sport du hockey.

Ce fut un week-end très occupé. J’ai assisté à deux matchs, un à Toronto et l’autre à Buffalo, puis à mon retour chez moi en Floride, j’ai vu le Lightning de Tampa Bay à l’œuvre contre les Sabres et les Flames.

Eichel impressionne

Jack Eichel est un jeune homme qui m’a impressionné. Il a été de loin le meilleur joueur du match, éclipsant tout le monde par son sens de l’anticipation et par sa détermination.

Que les Sabres, avant les matchs d’hier, affichent une moyenne de ,500 ne devrait plus étonner surtout avec un joueur aussi talentueux dans leur formation. Il s’agit d’une formation nettement améliorée et elle se débrouille bien sans le gardien numéro un, Robyn Lehner, et l’attaquant Evander Kane.

Entre-temps, au cours du week-end à Toronto, le sujet de discussion était évidemment le nombre de buts marqués dans la ligue. Plus il y a d’intervenants, plus les recommandations sont nombreuses. J’ai croisé un ex-joueur, Red Berenson, qui a évolué pour le Canadien et les Blues. Il avait d’ailleurs marqué six buts dans un même match.

Berenson a consacré son après-carrière au hockey universitaire américain. Évidemment, tout ce qui se passe dans la Ligue nationale l’intéresse au plus haut point et, au sujet des buts marqués, sans offrir une théorie, il propose l’exemple de l’université du New Hampshire dont les dimensions de la patinoire sont particulières, notamment avec une distance de 15 pieds entre la ligne des buts et la rampe derrière le filet.

Curiosité piquée

J’avoue que cela a piqué ma curiosité. Je vous ai fait part de quelques-unes de mes réflexions au sujet des buts marqués, ou si vous préférez, du petit nombre de buts marqués dans la Ligue nationale. Sauf qu’une distance de 15 pieds derrière le filet, ça m’intrigue énormément.

La zone offensive actuelle est de 64 pieds, plus 11 pieds derrière le filet. Si on réduisait à 60 pieds la distance entre la ligne bleue et la ligne rouge des filets et qu’on ajoutait quatre pieds derrière la cage du Canadien, qu’est-ce que cela pourrait avoir comme conséquences?

Les joueurs comme P.K. Subban, Shea Weber, qui ont des tirs foudroyants seraient avantagés à mon avis. Ils seraient plus près du gardien.

Mais je vois aussi un autre avantage: je pense que les équipes prôneraient un échec avant plus soutenu, plus intense. Pourquoi? Le gardien, assurément, ne pourrait pas quitter son filet très souvent pour aller stopper la rondelle.

La distance serait beaucoup plus prononcée, de sorte, qu’il lui faudrait être un patineur ultra rapide pour regagner son demi-cercle de protection.

Par ailleurs, je me range du côté de ceux qui verraient d’un bon œil le retour du règlement qui veut qu’un joueur, chassé pour deux minutes, doive purger cette pénalité en entier, peu importe si l’adversaire marque un but.

Je suis en faveur, mais je me garde tout de même une petite réserve. Je crois qu’on devrait avoir deux catégories de pénalités. Les pénalités d’impact, coup de coude, coup de genou, rudesse, obstruction flagrante.

Cependant, je ne pense pas qu’un tir effectué dans les gradins est une infraction qui devrait garder le joueur fautif au banc pendant deux minutes complètes, si évidemment l’adversaire marque un but.

Pourquoi pas plusieurs changements ?

Il s’agit d’un long débat et peut-être devrait-on adopter une série de changements?

Jusqu’à présent, on assiste à un début de saison rempli de bouleversements, rempli de surprises de taille.

Les Ducks qui n’ont marqué que 29 buts. Les Sabres qui jouent pour ,500. Les Coyotes qui occupent le deuxième rang de la division Pacifique. Le Canadien, les Stars et les Rangers qui fonctionnent à plein régime. Sidney Crosby qui a des ennuis à marquer.

Pourquoi hésiter à modifier ce qui fonctionne mal?

 

Remettre les bancs de chaque côté ?

On m’a demandé récemment si je serais en faveur du retour de l’ancien règlement quand les bancs des deux équipes étaient situés de chaque côté de la patinoire.

Ma réponse est oui.

Pourquoi l’équipe locale ne bénéficierait-elle pas d’un avantage? Ce changement a été apporté parce qu’au Forum, le banc des pénalités favorisait le Canadien. Et pourquoi pas?

Les bancs du même côté ne causent-ils pas de la confusion dans les changements au niveau des effectifs?

Et, un autre point: avec deux à trois adjoints derrière le banc, on assigne l’un d’eux à surveiller constamment ce que l’entraîneur adverse s’apprête à faire au niveau des changements.

Personnellement, je pense que les bancs de chaque côté de la patinoire permettaient des changements plus rapides.

 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.