/travel/destinations
Navigation

42 heures à Copenhague

Coup d'oeil sur cet article

Installée sur l’île de Seeland, la capitale du Danemark ravit les touristes par sa beauté toute nordique, mais aussi par sa taille humaine, loin des bouillonnantes Londres ou Barcelone.

Si les Danois ne sont pas toujours chaleureux au premier abord, il s’agit souvent d’une manière de respecter la tranquillité de chacun. Tout en offrant une histoire et une culture riches, Copenhague permet ainsi de passer des vacances ­décontractées, où la plus grande partie de la visite se fait à pied ou à vélo, dans un des paradis pour ­cyclistes en Europe.

Vendredi

17 h | Arrivée à Copenhague

Très efficace, le métro relie l’aéroport au centre-ville en une vingtaine de minutes. Comme ailleurs en Scandinavie, la vie coûte cher dans la capitale danoise.

Le réputé Absalon Hotel (trois étoiles), près de la gare, offre des chambres à partir de 200 $ la nuit. À quelques centaines de mètres de là, le Carlton Guldsmeden propose la même gamme de prix.

Le site de locations par des particuliers Airbnb peut constituer une bonne solution de rechange, avec des chambres à partir d’environ 60 $ dans le centre-ville.

18 h | Promenade à Nyhavn

Situés à l’est du centre-ville, le ­petit port de Nyhavn et ses vieilles maisons aux couleurs vives se retrouvent sur de nombreuses cartes postales. Les touristes y ­affluent et les restaurants et bars se retrouvent bondés.

Il faut prendre le temps de déguster ce bonbon visuel, de boire un verre sur les quais, de flâner au bord du canal, de regarder les bateaux et, pourquoi pas, de chercher la maison rouge où a vécu Hans Christian Andersen, auteur des ­célèbres contes.

20 h | Souper dans un tramway

La nourriture n’a rien de très danois au Sporvejen, mais le décor est insolite et les prix abordables. Les (excellents) hamburgers avec les frites se dégustent dans une voiture d’un vieux tramway rénové par les propriétaires.

Ce restaurant-bar se situe par ­ailleurs sur une ravissante place pavée. Si le temps le permet, autant profiter de la terrasse pour boire un dernier verre avant de se ­promener dans les rues du centre-ville puis de rentrer se coucher.

Samedi

9 h | La Petite sirène

Tout séjour à Copenhague comporte ce passage obligé qui pourrait toutefois en décevoir quelques-uns. Après avoir traversé le parc Churchill, c’est presque au milieu de nulle part, en face d’usines grisâtres, qu’on tombe sur la «Lille Havfrue», la Petite Sirène. Assise sur son rocher, la statue de la triste héroïne du conte d’Andersen étonne par sa petite taille.

Une fois pris quelques clichés de la star de Copenhague, on se dirige vers le Château de Rosenborg en traversant les rues d’Amalienborg, quartier au cachet classique, à l’image de la place éponyme où se trouvent les bâtiments royaux. C’est là que réside la reine Margrethe II.

11 h | Le Château de Rosenborg

Les ors de la famille royale danoise brillent de mille feux dans cette ­résidence d’été majestueuse entourée de douves. Les salles du palais de style ­Renaissance possèdent des œuvres d’art et un mobilier qui feraient presque pâlir de jalousie ceux de Versailles.

Évidemment, il ne faut pas rater, au sous-sol, le trésor que constituent les bijoux de la Couronne. La visite terminée, on se promène dans les beaux jardins autour de l’édifice, avant de se diriger vers le centre-ville pour aller dîner.

13 h | Un dîner local

Le Slotskælderen passe pour être l’un des meilleurs établissements pour découvrir le smørrebrød, spécialité sur laquelle se jettent les travailleurs danois à l’heure du lunch.

Accompagnées d’une bonne bière – par exemple, une Carlsberg, fierté nationale –, ces grandes tranches de pain beurrées recouvertes de poisson et/ou de viande, de fromage, de salade et de condiments sont un délice.

15 h | Magasinage dans le centre-ville

La rue piétonne Strøget serait la plus longue du genre en Europe et abrite la principale zone commerçante de la ville. L’architecture impressionne: les nombreux magasins prennent place dans des maisons toutes plus élégantes les unes que les autres.

C’est dans cette zone que l’on peut retrouver quelques-uns des magasins de design (Illums Bolighus, Georg Jensen, etc.) qui font la gloire du Danemark. Voici le moment idéal pour acheter un souvenir local, même si les prix vont donner quelques sueurs froides.

18 h | Christiania

On trouve dans le quartier Christianshavn une zone unique en son genre. Au début des années 70, des anarchistes ont installé un squat géant (une trentaine d’hectares), Christiania, dans un ancien quartier militaire. Ses habitants l’ont ensuite proclamée «ville libre».

On éprouve un sentiment étrange en se baladant dans cette zone autogérée par son millier d’habitants. Certains y verront le résultat inspirant d’une utopie et d’une vie sans capitalisme. D’autres la compareront à un immense repère de hippies amateurs de marijuana.

20 h | Les Jardins de Tivoli

Ce lieu festif ne cesse de faire la gloire de Copenhague. On y trouve notamment l’un des plus anciens parcs d’attractions du monde. Néanmoins, même ceux qui ne goûtent guère aux manèges y trouvent leur compte.

Ouverts jusqu’à tard le soir au printemps et en été, les jardins constituent en effet un régal pour les yeux. Les ­illuminations donnent à cet espace vert un aspect féérique, notamment lorsqu’on longe les pavillons et les étangs d’inspiration asiatique. Avec une trentaine de restaurants, il y a aussi de quoi manger et boire un verre en profitant de l’ambiance bon enfant.

Dimanche

10 h | Le Nationalmuseet

Le musée national du Danemark a fait les choses en grand avec plusieurs milliers de mètres carrés de culture locale. Il offre une impressionnante collection d’objets anciens (casques, boucliers, vaisselle, statues, bijoux).

Il permet évidemment d’en savoir plus sur l’histoire du pays. De la Préhistoire, en passant par les redoutables Vikings, jusqu’aux années 2000, rien ne peut échapper aux visiteurs.

À noter qu’un charmant musée du jouet se trouve au deuxième étage. Cerise sur le sundae: l’entrée du Nationalmuseet est gratuite.

Copenhague en bref

  • Population: Plus d’un 1,2 million d’habitants (2014)
  • Monnaie: La couronne danoise
  • Quand y aller ? Entre mai et octobre, pour éviter autant que possible grisaille et froid
  • Comment s’y rendre : Vols avec ­escale depuis Montréal; des vols ­directs depuis Toronto (avec Air ­Canada et Lufthansa)
  • Pour préparer son séjour : www.visitdenmark.fr (en français)