/sacchips/unbelievable
Navigation

Jean-Sébastien Girard soulève (encore une fois) les passions

1. Jean-Sébastien Girard
PHOTOS D'ARCHIVES L'homme. La légende.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir choqué la ville de Québec et rassuré les hommes ronds, le chroniqueur vedette suscite un énième débat au sein d’une nouvelle communauté: les gens-qui-rédigent-des-articles-sur-Wikipédia. Entrevue exclusive avec l’homme de l’heure!

«Je dois avouer que c’est extrêmement humiliant de lire des commentaires à la “une notoriété pas suffisante pour avoir sa page Wikipédia”», lance-t-il, pince-sans-rire.

Le débat fait rage!
Capture d'écran, évidemment.
Le débat fait rage!

Après avoir confié que c’est «un grand coup pour l’égo». Monsieur Girard, philosophe à ses heures, ajoute qu’«au moment où l’on pense que nous sommes arrivés quelque part, on apprend que nous ne sommes [finalement] pas grand-chose. C’est un travail de tous les instants.»

Bien que blessé dans son égo, la guerre de mots l’entourant le rassure également. «C’est bien de savoir que [Wikipédia] est aussi bien surveillé; que c’est encore plus fiable qu’à ses débuts où c’était parfois un peu n’importe quoi comme source.»

Jean-Sébastien Girard et les autres Spice Boys.
PHOTO COURTOISIE/RADIO-CANADA/AGENCE QMI
Jean-Sébastien Girard et les autres Spice Boys.

Requiem pour un Girard

«Un vandalisme caractérisé!»

Véritable John Lennon de sa génération, Girard a soulevé son public — et l’ire des bonzes de Wikipédia — à l’aide d’une simple blague mentionnant qu’il n’y avait toujours pas de page consacrée à son œuvre dans la fameuse encyclopédie. «Ce qui est ridicule, car Marc Cassivi et mon collègue Olivier Niquet en ont une!», glisse-t-il au passage.

«J’ai donc lancé un concours en ondes — En route vers ma page Wikipédia! — où je promettais un souper au restaurant avec la personne qui allait m'en faire une.» Individu incroyablement charismatique — d’où cette pierre du Sac de chips à son monument —, Girard a vu son souhait se transformer en véritable projet quelques minutes plus tard. «Pendant cette émission, une première page remplie de blagues a été créée. Puis, elle a été resserrée avec de l’information objective.»

Puis, celle-ci a été retirée du fameux portail — où l’on retrouve pourtant des articles sur «Radio Enfer» et le film «Hot Dog» — et remplacée par un débat sur sa pertinence.

«Cet article a été créé sous l’impulsion d’une émission humoristique de Radio-Canada. Elle devrait être supprimée comme un vandalisme caractérisé», note un utilisateur. «Au-delà de l’admissibilité, je te conseille de commander un dictionnaire pour Noël pour découvrir la signification du mot canular», lance un autre. Pan-dé-mo-nium!

Girard en Jafar. À l'époque où il terrorisait le 418. C'était une époque plus naïve...
Girard en Jafar. À l'époque où il terrorisait le 418. C'était une époque plus naïve...

2015, l’année du Jean-Sébastien

«Une polémique à la dernière émission de l’année?»

Également prophète en son pays, Girard a vu une autre de ses envolées lyriques se matérialiser: son dicton «un homme rond, ça tient chaud» est maintenant une page Facebook ainsi qu’un gaminet (mais pas encore une page Wikipédia). Un engouement qui charme le principal intéressé. «C’est cool, hein?» s’exclame-t-il, humblement.

Bien que 2015 — année de la chèvre, mais aussi du Girard — tire à sa fin, Jean-Sébastien préparerait une dernière déclaration-choc avant de fermer les livres. «Peut-être que je pourrais en lancer une avant les Fêtes. Ça pourrait être un projet! On se retire pendant deux semaines et je ne voudrais pas me faire oublier alors je vais peut-être lancer une polémique à la dernière émission de l’année.”

Le Québec tremble déjà...


Pour suivre les (mé)saventures de notre héros: La soirée est (encore) jeune