/news/society
Navigation

25 000 tuques pour tenir les réfugiés au chaud

25 000 tuques pour tenir les réfugiés au chaud
Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Danielle Létourneau a eu une idée un peu folle pour souhaiter la bienvenue aux 25 000 réfugiés que le Canada compte accueillir d’ici la fin de l’année: tricoter des tuques en laine pour leur tenir la tête – mais surtout le cœur – bien au chaud. 

Mieux connue sous le nom de Zoomba, l’auteure et comédienne a lancé mercredi la page Facebook 25 000 tuques, grâce à laquelle elle espère rassembler les tricoteurs et tricoteuses des quatre coins du Québec pour tricoter une tuque pour chacun des 25 000 réfugiés syriens qui doivent fouler le sol canadien dans les prochains mois.

Elle prévoit ensuite remettre toutes les tuques à des organismes responsables de l’accueil des réfugiés. Chacune d’entre elles sera accompagnée d’un petit mot pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux arrivants.

J'ai eu une idée (et je suis prête à la gérer...): avec un groupe d'amis nous nous proposons de tricoter des tuques (des...

Posted by 25 000 tuques on Wednesday, November 18, 2015

Accueillir les réfugiés dans leur nouvelle vie

L’idée de cet ambitieux projet lui est venue après avoir lu de nombreux messages hostiles aux réfugiés syriens sur les médias sociaux, à la suite des attentats de Paris.

«Je cherchais quelque chose à faire de symbolique qui ne serait pas une pétition, qui serait un geste concret, qui exprimerait plus que juste une signature, pour essayer de contrer la peur qu’on avait, qui semblait pas mal injustifiée», raconte-t-elle.

«La vraie menace ici – on va se le dire – c’est le froid, pas la menace terroriste.»
– Danielle Létourneau

Inspirée des bonnets offerts aux nouveau-nés, l’offrande symbolique vise surtout à apaiser les nouveaux arrivants en leur montrant que les Québécois pensent à eux et se soucient de leur bien-être.

«C’est comme accueillir quelqu’un dans une nouvelle vie. Et le faire à la main, c’est comme leur donner une famille, dans un sens, parce que c’est ta mère qui fait ça, ou ta grand-mère, ou quelqu’un de bienveillant. Je trouvais que c’était un geste d’accueil qui était vraiment fort», explique-t-elle.

Consciente de l’objectif ambitieux que représente la confection de 25 000 tuques, Danielle Létourneau reste toutefois réaliste:

«Si on arrive à 6000 tuques, on est déjà fous. Si on arrive à 1000 tuques – et ça, je pense que c’est raisonnable [...] –, c’est déjà un bien beau chiffre, parce que c’est un geste concret», dit-elle.

Une réponse inespérée

En à peine deux jours, plus de 2300 personnes ont rejoint sa page et plusieurs personnes ont offert leur aide pour coordonner la collecte de tuques dans leur région, notamment en Mauricie et à Québec, où le Musée de la civilisation a même offert d’installer un dépôt pour les tuques tricotées dans la capitale.

Une réponse inespérée pour Mme Létourneau, qui se dit à la fois enchantée et quelque peu dépassée par la quantité de réponses qui inondent sa boîte de messages depuis deux jours.

«Moi, égoïstement, je ne peux pas vous dire à quel point ça m’apaise de voir que les gens sont bienveillants!» se réjouit-elle.


Si vous désirez offrir vos talents de tricoteur ou de tricoteuse, ou encore aider à organiser le dépôt des tuques dans votre région, visitez la page Facebook de 25 000 tuques pour plus d’information.