/news/world
Navigation

La kamikaze présumée de Saint-Denis était surnommée «Cowgirl»

La kamikaze présumée de Saint-Denis était surnommée «Cowgirl»
Photo Courtoisie / DH - Les sports

Coup d'oeil sur cet article

Hasna Ait Boulahcen, qui serait devenue mercredi la première femme à se faire exploser en Europe, se faisait appeler «Cowgirl» et aimait faire la fête et boire de l'alcool.

La jeune femme de 26 ans serait morte lors de l’assaut de Saint-Denis, qui a aussi coûté la vie à Abdelhamid Abaaoud, présumé organisateur des attentats de Paris, de qui elle avait affirmé être la «cousine» lors de la frappe.

Si la mort d’Abaaoud a été confirmée jeudi par les autorités françaises, les restes de la deuxième personne retrouvée morte dans l’appartement de Saint-Denis n’auraient toujours pas été identifiés. Les policiers qui étaient présents croient qu’il s’agit d’une femme, et plusieurs sources indiquent qu'il s'agirait d'Hasna.

En activant son gilet d’explosifs, elle serait devenue la première femme kamikaze en sol européen.

Sur écoute

Selon une source policière, Hasna Ait Boulahcen avait été mise sur écoute par la Direction générale de la Sécurité intérieure en raison de ses liens avec Abdelhamid Abaaoud. La police l’avait à l'œil également pour trafic de stupéfiants.

C’est notamment en surveillant les communications de la jeune femme liées aux stupéfiants, ainsi que grâce à un «témoignage», que les enquêteurs auraient appris qu’Abaaoud se trouvait en France, a rapporté le quotidien français Les Échos.

D’après le journal belge Dernière heure, la jeune femme aurait publié sur Facebook, le 11 juin dernier, un message indiquant qu’elle planifiait de se rendre en Syrie. Elle n’aurait pas non plus caché son admiration pour Hayat Boumeddiene, la veuve d’Amedy Coulibaly, l’auteur de la prise d’otages  de l’Hyper Casher de la porte de Vincennes, en janvier dernier.

Perquisitions

Les enquêteurs français ont mené jeudi une perquisition au domicile de la mère d'Hasna, selon une source proche du dossier. Il y a trois semaines, la kamikaze aurait quitté le domicile de cette dernière à Aulnay-sous-Bois, une commune populaire au nord-est de Paris, pour vivre avec une amie à Drancy, en banlieue de la Ville Lumière.

C’est là que les policiers ont perquisitionné jeudi après-midi. «Tout le quartier est bouclé par la police. Ils ne laissent entrer et sortir personne», a affirmé à l’AFP un habitant qui a souhaité garder l’anonymat.

Sa mère a déclaré avant la perquisition que sa fille avait subi «un lavage de cerveau».

La veille au soir, des investigations ont été menées à Creutzwald, où le père de la kamikaze présumée habite toujours, a affirmé à l'AFP une source proche du dossier. Aucune interpellation ni saisie n’a eu lieu lors de cette intervention, selon cette source.

Une jeune femme extrovertie

Née en France dans une famille marocaine, Hasna était surnommée «Cowgirl», car elle aimait porter des chapeaux de cowboy. Selon ses amis, la jeune femme extrovertie aimait aussi faire la fête et boire de l’alcool, a rapporté le tabloïd britannique The Daily Mail. Elle fumait et était souvent vue en compagnie de différents hommes.

Son frère Youssouf affirme qu'Hasna n’aurait commencé à porter le voile qu’il y a un mois.

«Elle vivait dans son propre monde. Elle n’était pas intéressée à étudier sa religion. Je ne l’ai jamais vue ouvrir le Coran. Elle était constamment au téléphone, à regarder Facebook ou WhatsApp», a-t-il affirmé. Des propos qui ont été rapportés par le Daily Mail.

Youssouf a décrit leur relation comme étant «compliquée». À partir de l’âge de 5 ans, Hasna aurait été en foyer d’accueil. Le frère et la sœur n’auraient pas été «très proches» en raison du fait qu’ils auraient grandi séparés l’un de l’autre.

Toujours selon son frère, durant son adolescence, la jeune femme aurait été heureuse, puis, en grandissant, elle aurait eu de mauvaises fréquentations.

Plusieurs sources ont aussi avancé qu’elle aurait commencé à porter un voile il y a un mois.

-Avec la collaboration de l'AFP.

 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.