/travel
Navigation

Glaciers et icebergs, dans les fjords du Chili

Coup d'oeil sur cet article

À BORD DU MV SKORPIOS III au Chili | Ciel bleu, mer calme, horizon dégagé. Quand le navire a largué les amarres en fin d’après-midi à Puerto Navales, son port d’attache, les conditions avaient tout du printemps. Le lendemain matin, le glacier Amalia était en vue, le temps avait changé et ressemblait à l’hiver.

Sur la carte, la côte de la Patagonie, à l’extrême sud du pays, forme une curieuse dentelle. Mais, quand on s’aventure dans ces fjords, on a l’impression de pénétrer dans un véritable labyrinthe et de voir la terre se refermer à chaque détour.

Toute la nuit durant, le MV Skorpios III avait navigué à travers plusieurs passages ­profondément creusés entre collines boisées et montagnes aux cîmes enneigées comme le sont les fjords.

L’excitation a gagné l’ensemble des passagers lorsque l’appel a été lancé pour passer ­enfiler le gilet de sauvetage en vue de cette première descente à terre. Ici, la navette est assurée par deux grandes chaloupes à la coque renforcée dont la proue est équipée d’une passerelle conçue pour s’adapter ­instantanément au rivage.

Au terme d’une petite marche à travers une nature aride, mais où poussent de petits buissons d’airelles, nous avons atteint le glacier. La première rencontre avec ce type de formation est fascinante, en premier lieu du fait de la taille du glacier, monstrueuse, ensuite de sa teinte bleutée qui luit de la réfraction de la ­lumière. Mais, surtout, on se rend bien vite compte qu’un glacier vit.

Des craquements se font entendre, et aussi des bruits, sourds, comme des coups de fusil ou parfois de canon. Quelques instants plus tard, l’onde de choc provoque une avalanche, un bloc de glace se détache et se précipite dans les eaux glacées. Aussitôt, une vague, comme un petit tsunami, se forme, à la mesure du volume de glace absorbé par les eaux.

Chacune des journées passées à bord du ­navire de croisières antarctiques a ainsi été rythmée par la découverte des glaciers. Après le glacier Amalia, ce fut le tour du glacier El Brujo, le premier jour.

La deuxième journée nous a permis d’effectuer trois excusions dont l’une, au glacier ­Herman, releva de l’aventure. Le ciel était bas, il ventait et il faisait froid. En approchant du glacier, les chaloupes devaient braver les blocs de glace qui frottaient contre la coque. De l’avis des passagers, ces conditions extrêmes ont fait de cette excursion la plus intéressante de toutes.

Dans le fjord de las Montanas, d’où les glaces étaient absentes, nous avons tout à loisir pu observer et photographier sur une falaise un condor, le mythique grand rapace des Andes, déployant ses ailes, puis une colonie de cormorans impériaux, et, enfin, admirer un groupe de dauphins en maraude.

On l’aura compris, ce type de croisière antarctique s’adresse avant tout à des voyageurs curieux face à la nature, à la faune, à la flore, aux phénomènes naturels et à l’environnement.

Confortable, le MV Skorpios n’a rien de luxueux. Bonne, la nourriture servie à bord n’a rien de gastronomique. L’absence d’animation ne peut qu’inciter les passagers à être autonomes et à mettre le temps libre à profit pour étudier les nombreux sujets d’observation qu’offre chacune des journées.

Une chose est certaine, au terme de trois nuits et de deux journées bien remplies à bord, on atteint le quai avec l’impression de revenir d’un tout autre monde, fascinant.

REPÈRES

♦ Le MV Scorpios III est un navire chilien d’une capacité de 125 passagers construit en 1995 et ­rénové en 2012. Il effectue de ­novembre à avril une croisière hebdomadaire de 3 nuits au ­départ de Puerto Navales, à 2500 km au sud de Santiago et à 2 heures et demie de route de l’aéroport de Punta Arenas. Info : www.skorpios.cl

♦ La croisière du Scorpios III ­emprunte les fjords et la mer de glace de l’Antarctique. Les ­excursions (jusqu’à trois par jour) permettent de découvrir de ­nombreux glaciers, ainsi que la faune et la flore des fjords.

♦ Les passagers du Scorpios III proviennent du monde entier. L’espagnol et l’anglais sont les deux langues d’usage à bord

♦ Toutes les prestations offertes à bord et en excursion sont ­comprises dans le prix. Seul le pourboire distribué entre tout le personnel est en sus.

♦ Un hôtel de charme: le ­Remota, à Puerto Navales, ­parfaitement intégré à ­l’environnement face au fjord.

♦ Le voyagiste Canandes, le ­spécialiste de l’Amérique latine, offre plusieurs formules de ­découverte du Chili, en groupe ou en voyage individuel. La brochure Memorias est disponible dans toutes les agences de voyages du Québec.

Info: Chili et île de Pâques, édition lonely planet ; www.interpatagonia.com ; www.chile.travel ; https://chile.travel ; www.gochile.cl