/finance/business
Navigation

Des entreprises dénoncent les retards de paiement

Des entreprises dénoncent les retards de paiement
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Des entreprises liées de près à la réalisation de grands travaux de construction se plaignent que les municipalités et le gouvernement québécois aient profité de la commission Charbonneau pour prolonger indûment les délais de paiement des factures.

L’une d’entre elles, l’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec (ATSR) est d’avis que les délais que ses membres subissent, mettent en péril la survie de plusieurs entreprises de signalisation.

«On a rencontré des dirigeants de la Ville de Montréal en janvier dernier et rien n’a changé depuis. Ça peut prendre jusqu’à un an avant de se faire payer. Et on ne parle pas des extras qui eux, ne le sont pas du tout. C’est pas parce qu’on voit plein de cônes orange sur les chantiers que leurs propriétaires sont payés», dénonce Jean-François Dionne, le président de l’ATSR.

Victime collatérale

L’industrie de la signalisation estime être une victime collatérale de la collusion dénoncée lors de la commission Charbonneau.

Il souligne qu’en août dernier, J.P. Signalisation 2000 annonçait qu’elle devait se restructurer complètement, en attente environ 800 000 $ d’impayés. Il y a quelques jours, les employés syndiqués de SignoTech ont accepté des baisses de salaire pour aider leur entreprise à survivre. MTS Signalisation de Gatineau a été acquise par une compagnie ontarienne et INS-SING Signalisation de Mercier a été vendue à la multinationale Garda World.

«Si ça continue, il va y avoir d’autres changements à venir», prévient Jean-François Dionne.

D’autres facteurs

La Coalition contre les retards de paiement dans la construction de routes et grands travaux du Québec, qui regroupe des entreprises de plusieurs métiers de la construction, ne pense pas que les travaux de la commission Charbonneau soient les seuls responsables de leurs problèmes. Selon son porte-parole, Marc Bilodeau, le retard de paiement s’est allongé à 24 jours en 2015, alors qu’il était de 11 jours en 2002.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.