/news/currentevents
Navigation

Procès Turcotte: la défense a fini de plaider

Me Pierre Poupart
Photo d'Archives Me Pierre Poupart

Coup d'oeil sur cet article

L’avocat de Guy Turcotte s’est excusé au jury mardi pour la longueur de ses plaidoiries, qui se sont finalement étalées sur presque cinq jours plutôt que trois.

«Pardonnez-moi ma longueur, mais on décide de la vie d’un être humain», a lancé Me Pierre Poupart au procès de l’ex-cardiologue accusé des meurtres de ses enfants.

Plutôt que de conclure ses plaidoiries jeudi passé comme il l’avait annoncé, Me Poupart a plutôt étiré l’exercice pendant quatre jours et demi afin de convaincre les jurés de la non-responsabilité criminelle de son client de 43 ans.

«Je vous laisse le temps [de plaider], mais vous n’avez pas besoin d’expliquer au jury pourquoi vous prenez ce temps», a toutefois répliqué le juge André Vincent à l’avocat.

Psychiatres sous la loupe

Mardi, Me Poupart a repris les témoignages des psychiatres, rappelant qu’ils avaient tous diagnostiqué à l’accusé un trouble d’adaptation avec humeur anxieuse et dépressive en février 2009, lorsqu’il avait poignardé à 46 reprises Anne-Sophie et Olivier, trois et cinq ans.

Quelques semaines plus tôt, Turcotte avait appris que son ex-femme le trompait, et il venait de se séparer.

«Les failles dans son cerveau sont devenues un terreau fertile pour développer sa maladie», a rappelé Me Poupart.

Sans surprise, la défense s’est ralliée à ses propres experts, qui, contrairement aux experts de la Couronne, ont conclu que Turcotte n’était pas conscient de ses actes.

Pas de préméditation

Me Poupart a également plaidé que tout dans la preuve tendait à démontrer que Turcotte se préparait à passer une soirée banale avec ses enfants, plutôt que de les tuer.

Ainsi, même si le jury écarte la thèse de la non-responsabilité criminelle, l’avocat de l’accusé l’a invité à s’attarder sur l’intention criminelle de l’accusé.

«Un être humain ordinaire ne tue pas ses enfants», a-t-il conclu tout en souhaitant aux 11 jurés d’agir de façon «sage, indépendante et impartiale».

Cette étape du procès étant terminée, ce sera au tour de la Couronne de plaider aujourd’hui.

Le juge donnera ensuite ses directives, et le jury sera finalement séquestré jusqu’à ce qu’il en arrive à un verdict unanime.

 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.