/news/health
Navigation

Une loi pour prévenir les commotions cérébrales en Ontario

Cerveau - Cortex
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO – L’Ontario s’apprête à adopter la première loi au pays sur les commotions cérébrales, dans une tentative visant à protéger les jeunes athlètes des dangers des blessures à la tête.

Il s’agit du projet de loi Rowan, du nom de Rowan Stringer, cette athlète de 17 ans d’Ottawa qui est décédée en 2013 des suites d’une commotion cérébrale alors qu’elle jouait au rugby à l’école secondaire.

Il a été proposé par la députée progressiste-conservatrice Lisa MacLeod, qui représente la circonscription où demeurait la jeune Rowan Stringer, et il est appuyé par les trois partis à l’Assemblée législative. Selon le «Globe and Mail», le projet de loi doit être débattu le 10 décembre.

Si elle est adoptée, la loi Rowan créera un groupe consultatif d’experts qui sera chargé de mettre en œuvre les 49 recommandations formulées par le coroner à la suite de la mort de la jeune fille.

Parmi les recommandations, on note que les athlètes devront être retirés du jeu s’ils sont soupçonnés de souffrir d’une commotion cérébrale. Les athlètes, les entraîneurs et les parents devront aussi recevoir une meilleure formation sur la reconnaissance et le traitement des commotions cérébrales. Enfin, les élèves seront sensibilisés au phénomène des commotions cérébrales dans les écoles de l’Ontario.

Le comité d’experts aurait un an pour mettre en œuvre les recommandations.