/news/green
Navigation

Le transport de pétrole soulève de vives inquiétudes

Coup d'oeil sur cet article

Trois organisations de citoyens opposées à l'exportation du pétrole albertain ont déposé une pétition de 10 367 signataires pour demander au gouvernement de ne pas faire du Québec une «autoroute» pour du pétrole voué aux marchés extérieurs.

Le projet Chaleur Terminals qui consistera à acheminer du pétrole et des produits raffinés par trains vers le port de Belledune au Nouveau-Brunswick soulève les inquiétudes dans le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie. «On parle des gens de Rimouski, d'Amqui, de Lac-Mégantic; cette pétition vise le projet Chaleur Terminal, c'est un projet de transport de 240 wagons par jour à partir de Vaudreuil, qui traverserait Montréal, Saint-Hyacinthe, Drummondville, Lévis, Rimouski et la vallée de la Matapédia», a exposé la députée péquiste Martine Ouellet, à l'occasion d'une conférence de presse.

Depuis la catastrophe survenue à Lac-Mégantic en juillet 2013, la méfiance s'est installée dans l'esprit des citoyens résidants dans les villes traversées par des voies de chemin de fer. «On ne veut pas de ces projets de transport de pétrole», a martelé Benoît Saint-Hilaire, porte-parole du groupe «Non à une marée noire dans le Saint-Laurent.

Trois députés péquistes se sont succédé ce matin au Salon bleu pour questionner le gouvernement sur le sujet. Des dizaines de municipalités ont adopté des résolutions demandant au gouvernement d'empêcher le projet Chaleur Terminal, a signalé le député de Matane Pascal Bérubé. «Le gouvernement reconnaît qu'il y a des inquiétudes légitimes au sein de la population. C'est pourquoi nous avons lancé une étude environnementale stratégique. Nous prenons ces inquiétudes très au sérieux», a plaidé le ministre de l'Environnement David Heurtel.

L'Étude environnementale stratégique est «bâclée» a tranché Benoît Saint-Hilaire, réclament au gouvernement d'ordonner au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement d'investiguer sur l'exportation de pétrole. «On demande au gouvernement de prendre tous les moyens pour empêcher le transport de pétrole parce que c'est nous qui prenons tous les risques», a imploré Robert Bellefleur, de la Coalition pour une sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic.