/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Pauvres francophones qui sont hors Québec

Coup d'oeil sur cet article

Annoncée le 12 novembre, la veille des attentats de Paris, la décision du CRTC de ne pas permettre à TFO d’élargir son rayonnement à la grandeur du pays est passée complètement sous le radar. À peu près aucun média n’en a parlé ou y a fait allusion. TFO, l’équivalent ontarien de Télé-Québec, voulait obliger les télédistributeurs à rendre sa chaîne disponible dans toutes les provinces, sans pour autant qu’elle fasse partie du service de base obligatoire. En d’autres termes, le téléspectateur aurait eu le choix de s’y abonner ou non.

Comme il fallait s’y attendre, les gros télédistributeurs des provinces concernées s’y sont opposés. Quand un distributeur ajoute une chaîne à son offre, il y a des frais et, surtout, la nouvelle chaîne prend parfois la place d’une autre qui serait plus attrayante. Dans les provinces à majorité anglophone, à peu près n’importe quelle chaîne américaine est plus rentable que TFO.

Selon le recensement de 2011, plus de neuf millions de Canadiens maîtrisent le français. De ce nombre 700 000 habitent les provinces de l’Ouest et 200 000 parlent français à la maison. Ces francophones ne sont pas privés de télé française. Pour la plupart, Radio-Canada et TVA sont disponibles, de même qu’ARTV et TV5/Unis. TV5, même s’il s’agissait d’un «concurrent» éventuel, avait appuyé la demande de TFO, tout comme le commissaire aux langues officielles. TFO ne manquait pas d’appuis. Toutes les associations de francophones hors Québec sont intervenues en sa faveur.

LE VERDICT DU CRTC : NIET !

Malgré ces interventions favorables, le CRTC a rejeté la demande de TFO. Il a justifié son refus par 14 articles que je ne vous conseille pas de lire si vous n’êtes pas rompu à son charabia bureaucratique. En gros, le Conseil juge que TFO n’a pas réussi à faire la preuve que sa chaîne est indispensable et qu’on se meurt de la regarder.

À la suite de son sondage «Parlons télé», le CRTC a mis au point une nouvelle politique réglementaire qui entrera en vigueur en mars prochain. Le Conseil est convaincu qu’elle permettra à un plus grand nombre de Canadiens d’avoir accès à plus d’émissions dans la langue de leur choix. C’est possible que ces nouveaux règlements aient d’heureux effets, mais je suis loin d’être sûr qu’ils amélioreront le sort des téléspectateurs francophones hors Québec.

LA TÉLÉVISION EST VITALE

Moi qui voyage beaucoup à travers le Canada, je sais d’expérience qu’une fois hors Québec, l’offre d’émissions françaises est loin d’être aussi abondante que le laisse croire le CRTC pour justifier son refus. Si les anglophones peuvent partout composer leur menu de divertissement à l’aide de 50 à 100 chaînes, les francophones n’ont pas ce luxe. Dans la plupart des villes et villages, c’est sur les doigts d’une seule main que se comptent les chaînes de langue française.

La télévision est pourtant le meilleur moyen et le plus économique d’assurer la survie du français dans les endroits où sont en minorité ceux dont c’est la langue maternelle. C’est aussi la façon la plus simple d’aider – et ils sont très nombreux – ceux qui apprennent le français comme langue seconde.

Si le refus du CRTC se justifie techniquement, je ne suis pas sûr qu’il se justifie sur tout autre plan. Il ne fait pas honneur à un pays qui a deux langues officielles.

TÉLÉPENSÉE DU JOUR

Vous voyez bien maintenant que je n’étais pas seul à ne rien savoir - Me Gérald Tremblay, ancien maire de Montréal.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.