/news/currentevents
Navigation

Les tickets en chute libre

Les policiers montréalais auront donné 33 M$ de moins que prévu en contraventions en 2015

Alors que la Ville de Montréal croit que les moyens de pression expliquent la baisse du nombre de tickets remis par les policiers, le syndicat accuse plutôt les chantiers qui réduisent le stationnement.
Photo d’archives Alors que la Ville de Montréal croit que les moyens de pression expliquent la baisse du nombre de tickets remis par les policiers, le syndicat accuse plutôt les chantiers qui réduisent le stationnement.

Coup d'oeil sur cet article

Les moyens de pression des policiers et les chantiers dans les rues de Montréal font mal aux finances de la Ville. Pour la deuxième année consécutive, les revenus liés aux contraventions et aux tickets de stationnement sont en baisse.

Au début de cette année, la Ville prévoyait encaisser 199,8 M$ en revenus d’amendes et pénalités d’ici le 1er janvier prochain.

Cependant, dans un document budgétaire publié cette semaine, les fonctionnaires municipaux ont plutôt revu ce chiffre à 166,4 M$.

Les recettes des contraventions pour 2015 sont en chute libre par rapport aux 178,4 M$ de 2014, et aux 195,8 M$ récoltés en 2013.

Si cette baisse risque de réjouir les automobilistes, elle ne fait pas l'affaire de l'administration Coderre.

Officiellement, la Ville de Montréal n’a pas commenté le dossier.

Toutefois, une source très bien placée dans l’appareil municipal a indiqué au Journal que la Ville pointe toujours du doigt les moyens de pression des employés municipaux.

La Ville avait essuyé un revers devant la Commission des relations de travail (CRT) l’an dernier lorsqu’elle avait essayé de faire le parallèle entre les tactiques du syndicat des policiers et la chute du nombre de contraventions.

Toutefois, la Ville de Montréal semble toujours espérer que le nombre de constats émis par ses policiers reviendra au niveau prévu.

Ainsi, plutôt que de revoir ses prévisions à la baisse pour l’année prochaine, elle prévoit toujours récolter 200 M$ entre janvier et décembre 2016.

Pas un moyen de pression

Malgré une chute marquée des sommes en provenance des amendes et tickets de stationnement depuis le début des négociations sur les régimes de retraite entre Québec et les employés municipaux, le syndicat des policiers assure qu’il n’y a pas de moyen de pression en jeu.

Le porte-parole de la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM), Martin Desrochers, avance plutôt que le nombre accru de chantiers sur les rues artérielles réduit de façon importante les places de stationnement, et donc le nombre de constats.

De plus, plusieurs policiers normalement assignés à la circulation auraient été assignés de plus en plus à d’autres tâches depuis quelques années.

Il a également rappelé que la CRT avait déjà donné raison aux explications de la Fraternité face aux accusations de moyens de pression de la Ville.

«Les prétentions [du directeur général de Montréal Alain Marcoux] sont mal fondées et de surcroît assises sur un système de quotas n’ayant rien à voir avec la sécurité publique», a indiqué Martin Desrochers.


Combien d’argent ont rapporté les contraventions à la Ville de Montréal ?

  • 2009: 211,5 M$
  • 2010: 186,5 M$
  • 2011: 181,4 M$
  • 2012: 181,6 M$
  • 2013: 195,8 M$
  • 2014: 178,4 M$
  • 2015: 166,4 M$*

Prévision. Source: Budget 2016 de la Ville de Montréal

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.