/news/health
Navigation

Cancer du sein: un nouveau Mémo-mamo lancé ce samedi

Mémo-mamo
Photo Courtoisie / Société Canadienne du cancer

Coup d'oeil sur cet article

Lancée ce samedi, la nouvelle campagne Mémo-mamo invite les femmes du Québec à passer une mammographie pour détecter un cancer du sein, une initiative de la Société canadienne du cancer (SCC).

Lancée ce samedi, la nouvelle campagne Mémo-mamo invite les femmes du Québec à passer une mammographie pour détecter un cancer du sein, une initiative de la Société canadienne du cancer (SCC).

La campagne Mémo-mamo vise les femmes de 50 à 69 ans. Lise Dion est la nouvelle porte-parole de la campagne.

«Le nouveau Mémo-mamo est non seulement joli, il démontre clairement que la mammographie est la méthode la plus fiable pour détecter un cancer du sein», a-t-elle souligné.

Le Mémo-mamo est un porte-clé qui peut s’accrocher à un sac à main, par exemple, permettant ainsi de créer une discussion sur cet enjeu de santé. Il est composé de deux billes de grosseurs différentes. La plus grosse, de la taille d'une pièce de 25 cents, représente la dimension d’une bosse détectée par une femme lors d’un auto-examen.

Pour l’accompagner, une petite perle rose représente ce qui peut être décelé lors d’une mammographie. Ces lésions peuvent être aussi petites qu’une tête d’épingle.

«Lorsque le cancer du sein est diagnostiqué et traité dès le début, le choix des traitements est plus grand, ces derniers sont moins agressifs et les chances de guérison sont meilleures», a expliqué Dominique Claveau, de la SCC - Division du Québec.

Le bijou est en vente jusqu’à Noël dans les pharmacies Jean Coutu et dans les bureaux régionaux de la SCC au coût de 5 $. L’argent recueilli est remis à l’organisme.

Selon la Société, plus de 120 000 femmes se sont procuré le Mémo-mamo. Il serait aussi utilisé comme moyen de sensibilisation par 15 000 professionnels de la santé. Sa vente a permis de récolter environ 600 000 $.

Une femme sur neuf risque d'être atteinte d'un cancer du sein et il s’agit du cancer le plus fréquent chez les femmes. C’est le deuxième plus meurtrier, après celui du poumon.

Le diagnostic plus précoce du cancer du sein a permis de faire baisser le taux d’incidence et de mortalité, selon la SCC. Depuis 1986, cette maladie ferait 44 % moins de victimes. Quand une tumeur est détectée au début de la maladie, le taux de survie frôle les 100 %.