/sports/hockey/canadien
Navigation

Les Canadiens sont importants pour la KHL

Canadiens vs Lightning
Photo Agence QMI, Eric Bolte L’ancien du Canadien Nigel Dawes est, une fois de plus cette saison, un des meilleurs buteurs de la KHL.

Coup d'oeil sur cet article

Les médias russes aiment se plaindre du fait qu’Alexander Ovechkin et Evgeni Malkin ne parviennent pas à remporter les grands honneurs en séries éliminatoires dans la Ligue nationale de hockey, mais dans la Ligue de hockey continentale (KHL), aucun Canadien n’est parvenu à gagner le Bâton d’or, l’équivalent du trophée Hart.

En fait, il faut remonter aux années 1990 pour trouver un étranger qui a été nommé joueur par excellence en Russie. Le joueur en question, Yevgeni Koreshkov, est d’origine russe, mais né au Kazakhstan.

Il serait surprenant que cette tradition prenne fin en 2016. Dans une ligue où les vedettes Alexander Radulov et Sergeï Mozyakin (et Ilya Kovalchuk lorsqu’il est en santé) font de l’ombre aux autres athlètes, il est très difficile pour un représentant de l’unifolié d’être reconnu à sa juste valeur.

Les Canadiens dominent dans plusieurs catégories, et ce, chaque année. Il n’est donc pas faux d’affirmer que les anciens de la LNH et ceux qui sont passés près d’y jouer forment la colonne vertébrale de la KHL.

Les gardiens ont déjà fait partie de ces catégories, mais depuis que Vladislav Tretiak a imposé une limite pour le nombre d’hommes masqués provenant de l’extérieur de la Russie, ce n’est plus le cas. Les Canadiens ne dominent plus dans la colonne des minutes de punition puisqu’il n’est plus possible d’engager des durs à cuire comme Jeremy Yablonski, qui était l’un des favoris des partisans. L’ancien de l’Avalanche du Colorado Ryan Wilson, actuellement avec l’AK Bars Kazan, a pris part à quelques matchs et n’a jeté les gants qu’une fois, malmenant son adversaire russe. Mais dans la majorité des cas, les Canadiens sont des joueurs talentueux qui n’avaient pas le gabarit pour connaître du succès dans la LNH.

La liste des meilleurs buteurs cette saison inclut Nigel Dawes, du Barys d’Astana, Matt Ellison, du Dinamo de Minsk, et Geoff Platt, du CSKA de Moscou, qui occupent les positions trois à cinq. L’attaquant du Jokerit d’Helsinki Brandon Kozun est le quatrième pointeur et le deuxième meilleur passeur du circuit avec Justin Azevedo (AK Bars Kazan) qui le suit de près. Mat Robinson, du Dinamo de Moscou, Cam Barker, du Slovan de Bratislava, et Chris Lee, porte-couleurs du Metallurg de Magnitogorsk, sont les trois meilleurs défenseurs. Le premier affiche également le meilleur différentiel et pointe au deuxième rang de la KHL pour les tirs bloqués.

Robinson s’est avéré la révélation de l’année chez le Dinamo, si bien que les médias ont commencé à avancer qu’il devait obtenir sa citoyenneté et évoluer pour l’équipe nationale. Si la KHL avait sa propre version du trophée Norris, il serait un candidat de choix. Il pourrait tout de même être en lice pour le Casque d’or, l’équivalent de la première équipe d’étoiles. Les seuls autres Canadiens ayant reçu pareil honneur sont l’arrière Kevin Dallman, qui l’a obtenu à maintes reprises, Azevedo ainsi que le gardien Curtis Sanford, honoré en 2014.

Radulov de retour dans la LNH ?

Le CSKA de Moscou insiste sur le fait que son directeur général, Sergeï Fedorov, travaille très fort pour s’entendre avec Radulov. Certaines rumeurs récentes laissaient penser qu’il serait près de signer un contrat de plusieurs saisons et qu’il terminerait sa carrière dans son pays natal. Toutefois, lorsqu’il a rencontré les médias jeudi, la vedette a souligné ne pas vouloir signer un nouveau contrat avant que la saison ne soit terminée pour se prévaloir de son autonomie. Cela semble une indication claire qu’il veut tester le marché dans la LNH. Une réunion avec Patrick Roy, qui l’a dirigé chez les juniors avec les Remparts de Québec et qui est maintenant derrière le banc de l’Avalanche du Colorado, pourrait être envisagée. Radulov a toutefois prouvé par le passé qu’il était aussi imprévisible à l’extérieur de la patinoire que brillant sur la glace, alors tout n’est que spéculation pour le moment.

Une vedette mécontente

Le défenseur Kirill Koltsov, un ancien choix de deuxième tour des Canucks de Vancouver, n’a jamais fait sa place en Amérique du Nord, mais est devenu un pilier avec le Salavat Yulayev d’Oufa. Malheureusement pour lui, le nouveau directeur général, Leonid Vaysfeld, n’a pas été impressionné par la tenue de ses joueurs récemment et il a placé le nom de Koltsov au ballottage. Ignoré par les autres équipes, il a dû se rapporter au club-école de l’organisation, très mécontent. Tellement, que lors d’une entrevue avec un média russe, il a qualifié Vaysfeld «d’invité, qui, j’espère, ne restera pas longtemps avec le Salavat».

On ne peut imaginer les répercussions qu’auraient eues de tels commentaires dans la LNH. Koltsov n’a pas été suspendu pour le moment.

Le chiffre de la semaine

14

C’est le numéro que portait Alexander Mogilny avec le CSKA de Moscou à la fin des années 1980. Le Russe a vu son chandail être porté dans les hauteurs du Ice Palace jeudi, même s’il n’a joué que 98 matchs avec cette équipe. Il a tout de même remporté trois championnats.