/sports/ski
Navigation

Marie-Michèle Gagnon en veut plus

La skieuse alpin Marie-Michèle Gagnon en 2013.
Photo Mathieu Bélanger / Agence QMI La skieuse alpin Marie-Michèle Gagnon en 2013.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Même si elle a réussi à se faufiler dans le top 10, samedi, à l’épreuve de slalom de la Coupe du monde de ski alpin d’Aspen, au Colorado, Marie-Michèle Gagnon n’est pas rassasiée.

La Québécoise s’est classée huitième en vertu d’un chrono combiné de 1 min 45,26 s. Elle a terminé à 5,66 s de la gagnante, l’Américaine Mikaela Shiffrin (1:39,81). La Tchèque Veronika Velez Zuzulova (1:42,88) et la Suédoise Frida Hansdotter (1:43,07) l’ont accompagné sur le podium.

Gagnon n’était cependant pas totalement satisfaite de sa performance.

«Le résultat en tant que tel est quand même bon. C’est juste que j’ai fait plusieurs erreurs qui m’ont coûté cher, a-t-elle admis dans un entretien téléphonique. Lors des deux manches, juste avant le petit plat, j’ai vraiment manqué mon coup en n’emmenant pas assez de vitesse.»

«En deuxième manche, j’ai commis d’autres erreurs. J’ai dû user “d’athlétisme”! J’ai eu souvent la jambe dans les airs.»

En santé

L’athlète de Lac-Etchemin a été opérée à une épaule le printemps dernier, Complétement rétablie de l’intervention chirurgicale, elle se sent en grande forme.

«Mon épaule débarquait constamment, spécialement en slalom géant quand ma main touchait au sol», a expliqué Gagnon.

«Tranquillement, je reprends ma confiance et j’ai eu de bons “feelings” en slalom géant hier [vendredi]. Même si je suis arrivée 16e, j’ai connu de bons moments.»

Mais sa spécialité demeure toujours le slalom. «Je sens que je suis sur une belle lancée en slalom. J’ai fait de beaux progrès cet été. C’est juste que je ne les ait pas montrés encore.»

La skieuse de 26 ans aura la chance de faire encore mieux dimanche, puisque l’épreuve de slalom de la Coupe du monde de Levi, prévue il y a deux semaines en Finlande, se tiendra finalement à Aspen. La compétition avait été reportée en raison d’un manque de neige.

«Je vais analyser la vidéo et j’espère que je ne ferai pas les mêmes erreurs dans les sections critiques. Mon côté tactique doit être meilleur.»

Une petite nouvelle

Samedi, Gagnon a encore une fois été la meilleure Canadienne. L’Ontarienne Erin Mielzynski (+5,66) a fini 10e.

Une autre représentante de l’unifolié a réussi à obtenir un classement. À sa première Coupe du monde, Laurence St-Germain, de Saint-Ferréol-les-Neiges, a conclu en 27e position, avec un temps de 1:48,66.

«Elle a étudié à l’an dernier à l’Université du Vermont, tout en compétitionnant, a raconté Gagnon. Elle s’est taillée une place au sein de la formation canadienne et s’entraîne avec nous depuis cet été. C’est “cool” de voir qu’elle est capable d’étudier et de bien performer.»

«Elle est vraiment forte et a un beau potentiel, surtout en slalom.»

Quant à Tommy Mikaela, la Québécoise n’a pas complété la première descente. De son côté, la Torontoise Candace Crawford n’a pas franchi la seconde.