/sports/hockey/canadien
Navigation

Blessure de Carey Price: l’hypothèse la plus plausible

Des médecins se prononcent sur la blessure dont Carey Price pourrait souffrir

Montreal Canadiens v New York Islanders
Photo AFP Selon les informations dévoilées par le Canadien, Carey Price pourrait souffrir d’une blessure au ligament collatéral interne (MCL) du genou droit. Et cela serait une «bonne» nouvelle, selon les médecins que nous avons consultés.

Coup d'oeil sur cet article

Quand il est appelé à commenter la blessure de Carey Price, le directeur général Marc Bergevin emploie toujours les mots «bas du corps». Cependant, avec les informations fournies par le Canadien, il est possible d’établir un diagnostic plus précis sur le problème de son gardien.

Le Journal de Montréal a consulté trois médecins qui ont requis l’anonymat, afin d’établir les scénarios possibles dans ce dossier.

Toutefois, ils en sont tous venus à la même conclusion avec les informations qu’ils avaient sous la main: Carey Price pourrait souffrir d’une blessure au ligament collatéral interne (MCL) du genou droit.

On parle ici d’un trouble qui pourrait nécessiter une période d’absence de six à huit semaines.

«Avec ce que le Canadien a dévoilé, il se pourrait bien qu’il ait une déchirure partielle et c’est pour cette raison que Price n’a pas besoin d’une opération, a indiqué l’un d’eux, qui traite plusieurs athlètes de renom. Ça se guérit bien avec des traitements de physiothérapie et du repos.»

Un collègue a appuyé son hypothèse en raison de la façon dont le gardien s’est blessé contre les Rangers de New York et du fait qu’une intervention chirurgicale n’est pas recommandée.

«C’est comme une loterie, a-t-il ajouté. Celui qui a le billet gagnant a une blessure au ligament collatéral interne (MCL) et celui qui a le billet perdant est touché au ligament croisé antérieur (ACL). C’est tout un monde de différence.»

Une partie fragilisée?

Quand on parle d’une blessure au genou pour un gardien, ça peut être inquiétant pour le joueur, son équipe et les partisans.

Mais ce n’est pas le cas avec Price.

«Si sa guérison se fait bien, les risques qu’il se fasse mal au même endroit sont minimes, a souligné l’un des médecins. Ce qui n’est pas le cas du ligament croisé antérieur, qui est fragilisé lorsque l’athlète a été opéré.»

On se souvient que le défenseur Andreï Markov avait subi deux interventions chirurgicales au même genou en l’espace de quelques saisons pour une blessure similaire.

Pas de blâme

Si Price s’est blessé à deux reprises au genou en l’espace de quelques semaines, on pourrait être porté à pointer les médecins du Canadien du doigt.

Par contre, ce type de situation survient fréquemment dans le monde du sport.

«C’est toujours possible que ça arrive et ils ne peuvent pas être blâmés pour cela, a commenté un des trois toubibs. Quand ceux du Tricolore ont donné le feu vert à Price, c’est parce qu’il remplissait tous les critères qu’ils avaient fixés.

«À ce stade-ci de la saison, je suis convaincu qu’ils ne voulaient pas pren­dre de risques.»


Petite précision à propos de l’arthroscopie: c’est considéré comme une intervention chirurgicale par les médecins. En théorie, Price n’a pas eu besoin de cette procédure dans les dernières semaines.

(Avec la collaboration de Jean-François Chaumont et de François-David Rouleau)