/news/health
Navigation

Le revenu des spécialistes a bondi de 9 % en 2013

L’écart de revenu avec les médecins de famille continue à se creuser

Les médecins spécialistes ont gagné 371 972 $ en moyenne en 2013, soit 55 % de plus que les omnipraticiens.
Photo Fotolia Les médecins spécialistes ont gagné 371 972 $ en moyenne en 2013, soit 55 % de plus que les omnipraticiens.

Coup d'oeil sur cet article

Au moment où la vérificatrice générale révèle que le gouvernement a versé 800 millions $ en trop aux médecins, on apprend que les spécialistes ont empoché une hausse de revenu brut moyen de 9 % en 2013.

«Plus le ministre dit qu’il travaille pour les patients, plus ça coûte cher, déplore le président du Conseil de la protection des malades, Paul Brunet. Les médecins devaient améliorer la productivité, mais les patients n’ont pas encore vu la couleur de l’engagement.»

Une question de parité ?

En 2013, les médecins spécialistes ont en moyenne empoché un revenu brut de 371 972 $, soit 9 % de plus qu’en 2012. Selon les données de la Régie de l’assurance-maladie du Québec obtenues par Le Journal, plusieurs spécialités ont ainsi eu des hausses supérieures à 15 %. Les gériatres ont même obtenu une augmentation de 26 % (voir tableau).

Vendredi dernier, la vérificatrice générale dévoilait que les médecins pourraient empocher jusqu’à 800 millions $ de plus grâce à de coûteuses erreurs du ministère de la Santé. Notamment, les revenus des médecins (surtout les spécialistes) avaient dépassé de 415 millions $ le budget prévu. Et le gouvernement a confirmé que l’argent versé ne pourra pas être récupéré.

Selon la Fédération des médecins spécialistes du Québec, la hausse de 9 % est liée au rattrapage par rapport aux autres provinces et la parité devrait être atteinte en 2021. Hier, personne n’était disponible pour une entrevue.

«On est tannés. Tout le monde se serre la ceinture, sauf les médecins et les députés», ajoute M. Brunet.

Des efforts

Du côté des omnipraticiens, une hausse de 1,6 % a été enregistrée en 2013. Il s’agit de la plus faible depuis cinq ans, mais ils avaient obtenu une importante augmentation de 12 % en 2012. La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec rappelle l’étalement de leur hausse salariale jusqu’en 2021, soit sept ans après l’engagement initial.

«Je ne dirai jamais que les médecins sont mal rémunérés, mais on a fait un effort», souligne le président, le Dr Louis Godin.

L’écart de revenu avec les spécialistes se creuse et atteint 55 %, loin de l’objectif de 20 % de la FMOQ, entre autres pour attirer la relève. «Ce n’est pas une priorité du gouvernement, mais c’est clair qu’il faudra remédier à ça», dit le Dr Godin.


Les médecins doivent déduire de leur revenu leurs dépenses liées à l’exercice en cabinet privé, estimées à 35 %. En radiologie, ces dépen­ses atteignent 70 %.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.