/finance/business
Navigation

Bovet ferme ses portes

Une soixantaine d’employés touchés

Bovet
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

La chaîne Bovet vient d’annoncer la fermeture de tous ses magasins. Le marchand de vêtements pour hommes exploitait un réseau de sept succursales situées au Québec.

La disparition de la chaîne s’ajoute à nombreuses fermetures survenues dans le secteur du détail depuis deux ans. Les enseignes Mexx et Target ont fermé tous leurs magasins et Jacob pratiquement toutes ses succursales.

Bovet a l’intention de fermer ses boutiques de manière ordonnée et définitive, à la fin du mois de janvier prochain. Une soixantaine d’employés seront touchés par la décision, selon un communiqué de presse émis par l’entreprise, hier.

Ouverts pour les Fêtes

«Après avoir envisagé plusieurs scénarios, j’ai décidé de mettre fin aux activités de l’entreprise dans le secteur du commerce de détail», a déclaré Pierre Bovet, président de Marc Bovet inc., dans le communiqué envoyé aux médias. Le dirigeant, qui est le petit-fils du fondateur Marc Bovet, ne souhaitait pas accorder d’entrevue.

Le détaillant a indiqué que ses magasins seront ouverts pendant la période des Fêtes. Les soldes de janvier seront maintenus et possiblement bonifiés pour liquider l’inventaire.

Depuis 1907

«En guise de reconnaissance pour leurs nombreuses années de service, l’entreprise fera tous les efforts nécessaires pour accompagner ses employés et leur famille respective à travers cette épreuve», a dit la direction dans son communiqué.

Parmi les sept magasins qui vont fermer leurs portes, six sont situés dans la grande région de Montréal et un se trouve à Québec.

Marc Bovet a été fondé en 1907. À l’origine, Bovet s’est fait connaître pour ses vêtements de travail et ensuite pour ceux destinés aux clients de tailles fortes et élancées. Dans les années 70 et 80, le marchand a ouvert plusieurs magasins dans les centres commerciaux du Québec, en plus de réaliser des acquisitions pour soutenir sa croissance, dans les années 80 et 90.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.