/world/usa
Navigation

De possibles liens terroristes

L’un des tireurs se serait radicalisé quelque temps avant le carnage de San Bernardino

Coup d'oeil sur cet article

Le couple qui a abattu de sang-froid 14 personnes, dont des pères et des mères de famille, mercredi en Californie, aurait été en contact avec des gens suspectés par le FBI d’être liés au terrorisme.

Le réseau CNN rapportait jeudi que le tireur était en contact téléphonique et via les réseaux sociaux avec plusieurs entités liées au terrorisme international sur lesquelles le FBI enquêtait déjà, selon des sources policières.

Syed Rizwan Farook, 28 ans, et sa femme Tashfeen Malik, 27 ans, ont ouvert le feu en pleine fête de Noël organisée par le département de la santé du comté de San Bernardino, à une centaine de kilomètres de Los Angeles. Le tireur d’origine pakistanaise et né aux États-Unis travaillait pour le comté. Le couple de confession musulmane a été abattu par la police au terme d’une chasse à l’homme.

Au total, 14 personnes sont décédées sous les balles des tireurs, dont huit hommes et six femmes. Le plus jeune avait 26 ans et le plus âgé 60. Le coroner a révélé les noms des victimes jeudi, parmi eux, un père de famille de six enfants et une diplômée en chimie, mère de trois enfants. Au moins 21 personnes ont été blessées.

Plusieurs motifs

La fusillade pourrait avoir «plusieurs motifs», a soulevé le président des États-Unis Barack Obama, jeudi. «Il est possible que ce soit lié au terrorisme [...] Il est aussi possible que ce soit lié au lieu de travail», a-t-il ajouté.

Même si les motivations du couple sont encore nébuleuses, il est clair pour la police que ce carnage était prémédité.

«Le couple était manifestement préparé, personne ne s’énerve à une fête [de bureau] et intervient avec quelque chose d’aussi élaboré», a précisé Jarrod Burguan, le chef de la police locale.

En effet, 12 engins explosifs artisanaux et plusieurs cartouches de fusils d’assaut ont été retrouvés dans différents lieux, dont une résidence appartenant au couple.

Radicalisé

Selon CNN, Farook se serait radicalisé il y a quelque temps. Le tireur aurait effectué plusieurs voyages à l’étranger, dont un au Pakistan, selon le FBI, où il a rencontré sa femme. Cette dernière détenait un passeport pakistanais et serait arrivée aux États-Unis grâce à un «visa de fiancée». Selon l’ambassade saoudienne à Washington, Farook aurait aussi fait un arrêt en Arabie saoudite. Le couple avait une fillette de six mois, qu’il avait confiée à des proches avant la fusillade.

– Avec le LA Times, CNN, AFP, Reuters

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.