/misc
Navigation

Tout un marathon de golf m’attend!

L’enjeu ? Terminer parmi les 20 premières pour obtenir l’une des « cartes » disponibles pour évoluer au sein de la LPGA en 2016

Coup d'oeil sur cet article

Le gros suspense qu’est le tournoi du Q-school est commencé à l’heure où vous lisez ces lignes, à Daytona, en Floride. Il s’est mis en branle hier. Ce ne sont pas trois ou quatre rondes que nous devons disputer, mais bien cinq! Le Q-school, ce n’est pas une épreuve de golf ordinaire, c’est un marathon!

Nous sommes 160 joueuses à rivaliser depuis hier. Au terme des quatre premières journées, 70 d’entre nous seront retenues pour la grande finale.

L’enjeu? Terminer parmi les 20 premières pour obtenir l’une des «cartes» disponibles pour évoluer au sein de la LPGA en 2016. Celles qui vont soutirer les positions 21 à 40 pourront recevoir des invitations pour certains événements seulement.

Trois québécoises

Nous sommes trois Québécoises à être dans la course cette semaine, soit Anne-Catherine Tanguay, Sara-Maude Juneau et moi. Justement, je partage un condo pour l’occasion avec «Anne-Cat» et ses parents. J’aurai également des partisans, des membres de ma famille et des amis qui sont ici pour m’encourager tout au long de l’aventure.

C’est la troisième fois depuis mon arrivée chez les professionnelles que je prends part au Q-school. Il faudra que je demeure extrêmement patiente parce qu’avec cinq 18 trous au menu, tout peut survenir.

Ce sera épuisant, non seulement physiquement en raison des cinq rondes, mais aussi mentalement parce que plus nous progresserons dans le tournoi, plus la tension augmentera.

Je me considère comme privilégiée dans ce contexte d’avoir eu une rencontre il y a quelque temps avec la Canadienne Lorie Kane, qui m’a enseigné des techniques de respiration et de concentration qui m’ont été extrêmement utiles et le seront assurément pour encore très longtemps.

Comme je le souhaitais, je me suis consacrée à l’entraînement sur mes coups de cocheurs (wedges) et de fers droits (putting). Je suis arrivée à Daytona lundi et j’en ai alors profité pour fouler une fois de plus le parcours Hills, l’un des deux que nous utilisons pour le Q-school.

En fonction de mes talents et de mon style de jeu, comme il est plus court que l’autre, il s’avère plus compliqué à mâter pour moi. Je suis cependant confiante parce que je crois avoir déniché un bon plan de match. J’ai fait mes devoirs!

La gentillesse des gens

La semaine dernière, j’ai pris une journée de congé. Le 26 novembre, c’était la fête du Thanksgiving aux États-Unis. Cette fête est, pour les Américains, aussi sinon plus célébrée que Noël.

Les familles se réunissent et s’offrent un repas de dinde. Mon amie Paula Reto, une coéquipière à l’université Purdue à l’époque, m’a invitée à me joindre à sa parenté cette année.

C’était évidemment très gentil de sa part.

L’amabilité des gens... c’est une chose qui m’étonnera toujours. Durant mes deux derniers tournois, j’ai été hébergée dans un condo en bordure de mer par une dame rencontrée à Daytona et qui apprécie la jeunesse et le sport.

Alors, souvent elle donne des coups de pouce en offrant à quelques joueuses un logis quand ses propriétés sont libres et que nous avons un événement au programme dans les environs. Gentillesse et générosité, je vous disais...

Je suis émue par toutes ces personnes qui ont la sensibilité de comprendre à quel point la moindre petite aide constitue un appui concret dans nos jeunes carrières. Elles contribuent à nous encourager dans nos aspirations et nous sommes pourtant de parfaites étrangères.

– Propos recueillis par Yvan Martineau

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.