/travel
Navigation

Chili, sur la route des vins

Vignobles dans la vallée de Casablanca, entre Santiago et Valparaiso.
Photo courtoisie, Paul Simier Vignobles dans la vallée de Casablanca, entre Santiago et Valparaiso.

Coup d'oeil sur cet article

SANTA CRUZ, Chili | Alors que le pays a la tête dans le désert et les pieds dans les glaciers, sa partie centrale bénéficie d’un climat de type méditerranéen, particulièrement propice à la culture de la vigne. Là, les nombreuses vallées sont autant de terroirs qui forgent l’identité d’une riche palette œnologique.

Implantée dès le XVIe siècle par les conquérants espagnols, la vigne fait vraiment partie du patrimoine du Chili, même si les Chiliens consomment relativement peu de vin.

C’est à partir du XIXe siècle que cette culture, dont le produit est avant tout destiné à l’exportation, commença à prendre de l’expansion. Les propriétaires terriens désireux d’étendre la production de vin se tournèrent vers la France pour se procurer des plants de cépages nobles.

C’est ainsi que les vins chiliens sont majoritairement issus de sauvignon blanc et de chardonnay, pour les blancs, de cabernet sauvignon, de merlot, de syrah et de carménère, pour les rouges.

Les vins issus de carménère sont une spécificité du Chili. Celui-ci est vinifié en mono-cépage­­ et produit de magnifiques rouges fruités et bien équilibrés, ou encore en assemblage avec le cabernet sauvignon et le merlot.

Le carménère n’est pratiquement plus cultivé en France depuis qu’il a été dévasté, comme les autres vignes, par le phylloxéra à la fin du XIXe siècle. Durant cette période, en effet, l’ensemble du vignoble chilien avait échappé au phylloxéra.

Les vallées centrales

Les vignobles se trouvent à présent répartis de part et d’autre de Santiago. Lors d’un séjour au Chili, il est donc aisé d’emprunter l’une ou l’autre route des vins.

L’une de celles-ci passe par la vallée de Casablanca­­, sur l’axe menant de la capitale vers le port de Valparaiso. Plusieurs vignobles­­ occupent cette vallée. La plupart des surfaces sont en plaine, seules quelques vignes étant plantées dans les coteaux.

Cette vallée, tempérée par le climat maritime, est plutôt fraîche. On y a donc planté des cépages blancs, principalement le sauvignon blanc et le chardonnay, et, en rouge, le pinot noir, qui s’adapte bien à ce type de terroir.

Veramonte, l’un de ces vignobles, se distingue par sa structure moderne et imposante qui abrite à la fois les salles d’accueil du public, l’espace de vinification et les chais de vieillissement.

Le domaine occupe une superficie de quelque 400 ha. Comme plusieurs autres vignobles chiliens, l’implantation de Veramonte (qui possède des vignes dans d’autres vallées du pays) dans les environs de Casablanca ne remonte qu’aux années 1990.

J’y ai particulièrement apprécié la dégustation effectuée en compagnie d’un œnologue compétent et polyglotte.

Au clos Apalta, près de Santa Cruz, dans la vallée de Colchagua, il faut montrer patte blanche pour entrer. Les visites ne se font que sur rendez-vous et moyennant 20 000 pesos par personne (soit environ 40 $). Une partie des vignes s’étale dans la plaine, l’autre est adossée aux collines.

Une partie du vignoble­­ du clos Apalta, dans la vallée de Colchagua­­, près de Santa Cruz.
Photo courtoisie, Paul Simier
Une partie du vignoble­­ du clos Apalta, dans la vallée de Colchagua­­, près de Santa Cruz.

Lapostolle (du groupe français Marnier-Lapostolle­­) a créé ce vignoble en 1994. Les chais et les installations vinicoles sont logés dans une structure enchâssée dans la colline sur sept niveaux dont ne dépasse qu’une terrasse ouvrant sur l’ensemble du domaine. La salle où se déroule la dégustation marquant la fin de la visite a des allures de voûte de cathédrale­­ moderne.

Les chais de vieillissement du clos Apalta du vignoble Lapostolle­­.
Photo courtoisie, Paul Simier
Les chais de vieillissement du clos Apalta du vignoble Lapostolle­­.

L’établissement, membre du réseau Relais & Châteaux, abrite également un restaurant gastronomique et un hôtel revêtant la forme de pavillons de luxe.

Repères

• Le vignoble du Chili occupe quelque 200 000 ha répartis dans plusieurs vallées du centre du pays, de part et d’autre de Santiago, la capitale.

• Ces vallées appartiennent à six régions d’appellation d’origine qui bénéficient d’un climat de type­­ méditerranéen.

• La plupart des vignobles se visitent­­. Certains, comme le vignoble­­ Lapostolle, dans la vallée­­ de Colchagua, font payer la visite, seulement sur rendez-vous.

• Un hôtel agréable: Cumbres Lastarria, au centre-ville de Santiago­­.

• Le voyagiste Canandes, le spécialiste de l’Amérique latine, offre plusieurs formules pour découvrir le Chili, en groupe ou en voyage individuel. La brochure Memorias est disponible dans toutes les agences de voyages du Québec.

• Info : Chili et île de Pâques, édition lonely planet ; www.chile.travel ; www.gochile.cl .