/news/politics
Navigation

Le «dénigrement des médecins doit cesser»



Diane Francoeur, présidente de la fédération des médecins spécialistes du Québec.
Photo Le Journal de Montréal, Héloïse Archambault 

Diane Francoeur, présidente de la fédération des médecins spécialistes du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Le «dénigrement des médecins doit cesser», déplore la Fédération des médecins spécialistes, qui assure que ses membres n'ont "rien volé", en lien avec le versement de 384 millions $ en trop, révélé par le rapport de la vérificatrice générale du Québec.

«Le dénigrement des médecins doit cesser», a écrit la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Diane Francœur, dans un message envoyé aux médecins plus tôt cette semaine, et dont le Journal a obtenu une copie.

Seulement 64,6 M $

Ce matin, la FMSQ a réfuté le rapport de la vérificatrice générale (VG) Guylaine Leclerc, qui indiquait la semaine dernière que les médecins spécialistes avaient reçu 384 M $en revenus non-prévus, entre 2010 et 2015.

Bien qu’elle confirme que les chiffres du rapport sont exacts, Mme Francœur indique que seulement 64,6 millions $ ont été versés en trop aux spécialistes durant cette période.

Le reste de l’enveloppe de 384 M$ n’a pas encore été touché.

«On ne veut pas prêter de mauvaise intention à la vérificatrice générale, mais quand on lit un rapport, il faut savoir regarder les bons chiffres dans la bonne colonne», dit la présidente.

«Soyons sérieux. On nous reprochait de ne pas travailler assez, maintenant on nous reproche de travailler trop», ajoute-t-elle.

Ce matin, le ministre de la Santé Gaétan Barrette a dit que le rapport de la VG était comme un cadeau de Noël, et qu’il voulait en profiter pour «faire le ménage dans la rémunération des médecins».

«Combien vous pensez que ça vaut un médecin spécialiste? Demande Diane Francœur. On est au milieu du peloton. Je ne pense pas qu’on devrait être payé moins que la moyenne canadienne.»

«Rien volé»

En conférence, Mme Francœur a répété que les médecins n’ont rien volé, et que l’argent versé en trop a servi en soins à la population.

«Les gros titres, les caricatures, les éditoriaux et les chroniques sur le sujet ont de quoi révolter la population. Ils révoltent aussi les médecins, car nous savons trop bien que nous n’avons rien volé», écrivait-elle aux membres.

«Les médecins sont vraiment attristés par le spin médiatique. On invente des histoires pour casser du sucre sur leur dos», a-t-elle souligné.