/entertainment/tv
Navigation

Le quotidien peu ordinaire des femmes de joueurs de hockey

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Angela Price et Rihanna Weaver sont les nouvelles venues de la deuxième saison de la télé-réalité «Hockey Wives», dont fait déjà partie l’animatrice Maripier Morin. L’une et l’autre ont accepté l’invitation des producteurs, non sans crainte, mais pour des raisons bien différentes.

Rencontrées alors qu’elles amassaient des fonds pour le Club des Petits Déjeuners, samedi aux Promenades St-Bruno, elles ont parlé de leur participation à l’émission qui sera de retour en mars 2016, sur les ondes de W.

Au départ, la femme de Carey Price a refusé de participer au projet. Mais «ils sont revenus à la charge», et après beaucoup de discussions, Angela a accepté.

«J’ai eu de la difficulté ces dernières années à me trouver à Montréal. Carey est très occupé. Je travaillais avant, mais ça ne fonctionnait pas quand je suis arrivée à Montréal. J’ai voulu trouver quelque chose qui allait me stimuler, et Hockey Wives m’a approché», explique Angela Price.

Elle a accepté tout en imposant des limites claires. «Les gens sont toujours intéressés à savoir ce qu’on fait, mais nous sommes vraiment un couple ennuyant, dit-elle en riant. Ils ne filment pas dans notre maison et ils ne captent pas de moments privés entre Carey et moi. C’était très important pour nous»

La retraite n’est pas dramatique

Pour Rihanna Weaver, c’est la vie après la retraite qu’elle voulait montrer au public. Celle qui vient de retrouver le marcher du travail affirme qu’il y a une belle liberté qui vient avec la retraite.

«Mike a joué au hockey pendant 15 ans, on est ensemble depuis 12. C’est une énorme transition. C’est vraiment comme se trouver une nouvelle identité. J’étais très nerveuse avant de signer, mais je l’ai fait pour faire quelque chose de façon indépendante. J’ai 35 ans, j’ai une histoire différente. La retraire, notre identité, où va-t-on vivre ? Ce n’est plus une équipe de hockey qui nous dicte où aller. C’est nous maintenant», explique-t-elle.

Elle désire aussi montrer que le monde du hockey ne se ferme pas aussitôt que le jeu s’arrête.

«L’émission montre ma relation avec les autres femmes. Les gens pensent que parce que quand ton mari prend sa retraite, tu es exclue. Mais pas pour moi. Il ne joue pas pour une autre équipe, il est à la retraite, c’est différent», dit-elle.

Craintes

C’est non sans crainte que les deux femmes ont accepté de faire partie de l’émission.

«Au début, on pense aux émissions comme Real Housewives, où il y a du drame. J’ai eu peur de la perception du monde du hockey, des conséquences que pourrait subir Carey. Mais on en a parlé, et on a fait pour le mieux», affirme Angela.

«Ce n’est pas comme s’ils me suivaient tous les jours. On leur dit quand venir, c’est organisé, mais c’est aussi notre vraie vie », souligne Rihanna Weaver.

LE CLUB DES PETITS DÉJEUNERS EN CHIFFRES

  • Carey et Angela Price sont les ambassadeurs du Club des Petits Déjeuners.
  • Plus de 350 bénévoles donnent de leur temps dans la campagne «emballage cadeaux».
  • Cette campagne au profit du Club des Petits Déjeuners se déroule dans les centres d’achats Fairview Pointe-Claire, jusqu’au 24 décembre. Tout l’argent amassé s’en va à l’organisme.
  • L’an passé, 55 000 $ ont été amassés grâce à cette initiative.
  • 27 millions de petits déjeuners servis grâce au Club des Petits Déjeuners.
  • 1 enfant sur 7 risque d’arriver à l’école sans avoir mangé. Ceci représente 1,15 million de jeunes.