/world/usa
Navigation

Les États-Unis pourraient manquer de munitions pour combattre l’État islamique

Les États-Unis pourraient manquer de munitions pour combattre l’État islamique
REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

Avec l'intensité des frappes aériennes pour combattre l'État islamique, l'US Air Force pourrait être à cours de munition prochainement.
 
Selon CNN, depuis le début des frappes aériennes contre l’État islamique en août 2014, l’armée de l'air américaine, l'US Air Force, aurait utilisé 20 000 bombes et autres missiles. Ce qui aurait mené à un épuisement du stock de munitions.  
 
Les États-Unis mènent une campagne pour combattre le groupe terroriste en Irak et en Syrie. Le général Mark Welsh, chef du personnel, a émis un communiqué pour aviser que l’Armée de l’air dépense ses munitions plus vite qu'elle n'arrive à se réapprovisionner.
 
«Les bombardiers de type B-1 ont largué des bombes en un temps record. Les F-15E sont aussi utilisés dans les frappes parce qu’ils peuvent contenir un éventail plutôt large d’armes et ils sont très flexibles. Nous avons besoin de financement pour nous assurer que nous sommes prêts à tenir pour ce long combat. La situation est critique,» a-t-il déclaré. 
 
Le général a d’ailleurs confié à CNN que l'US Air Force souhaite un refinancement à la hausse des dépenses militaires pour venir à bout de l’État islamique.  
 
Cependant, reconstituer ce stock pourrait prendre «jusqu'à quatre ans de temps de réapprovisionnement d'actifs», a déclaré Welsh. 
 
La secrétaire américaine à l'US Air Force Deborah Lee James abonde dans la même sens: «Nous devons renouveler notre stock de munitions. Ces armes prennent des années pour être livrées à partir du jour où le contrat est signé et jusqu’à ce qu’elles sortent de la chaîne de production.»
 
Loren Thompson, analyste militaire de l'Institut Lexington, a également commenté la situation dans un article du USA Today: «Il y a toujours une tentation de lésiner sur les achats de munitions et de missiles en temps de paix, mais cela laisse les forces sous-équipées quant les menaces se présentent.»