/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

La conversion verte de Philippe Couillard

La conversion verte de Philippe Couillard
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

En visite à Paris, s’éloignant des membres de son gouvernement paroissial, Philippe Couillard semble prendre de l’envergure, une envergure qu’on croyait disparue.
Ce fut d’abord l’exploitation du pétrole d’Anticosti, une éventualité qu’il a rejetée avec agacement, presque du dégoût. Et voilà que le premier ministre évoque la fin de l’utilisation du gaz naturel, une énergie de transition, dit-il, vers une économie décarbonisée. On avait déjà eu un indice de sa conversion quand il nous avait avoué qu’auparavant, il ne croyait pas en l’électrification des transports, mais qu’il avait changé d’avis. On l’a aussi vu amorcer un virage à propos du projet d’oléoduc Énergie Est, comme s’il s’était enfin aperçu que ce tuyau ne promettait que des risques sans bénéfice pour le Québec. 
Il semble maintenant que M. Couillard soit un enthousiaste des énergies et des technologies vertes. Il y a là l’ébauche d’une première vision ambitieuse du premier ministre pour le Québec. 

Enfin!