/news/consumer
Navigation

Notre façon d’acheter change

La majorité des Québécois veulent des produits plus sains et en accord avec leurs valeurs

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois sont en train de revoir complètement leur façon d’acheter. Ils se tournent plus vers les plateformes de partage, font plus de choses eux-mêmes et favorisent les produits locaux.

«Nous sommes à un tournant. On a vécu une période de consommation à outrance qui commence à s’atténuer. Les gens veulent revoir leurs modes de consommation et croient maintenant qu’il est plus important de pouvoir utiliser un produit que de le posséder», expli­que Fabien Durif, professeur au département de marketing de l’UQAM, responsable du Baromè­tre 2015 sur la consommation responsable.

<b>Fabien Durif</b><br /><i>Professeur et chercheur en marketing à l'UQAM</i>
Photo Le Journal de Montréal, Marie-Ève Dumont
Fabien Durif
Professeur et chercheur en marketing à l'UQAM

Les préoccupations des Québécois lors de leurs achats ne sont plus les mêmes, selon le Baromètre.

Environnement

Ils sont près de 80 % à rechercher des produits plus sains et plus en accord avec leurs convictions et leurs valeurs. Ils considèrent également l’environnement comme un critère important à prendre en considération lorsqu’ils sont devant les tablettes des magasins.

«Il y a un véritable changement de comportement chez les citoyens. Les achats responsables prennent vraiment de l’expansion», indique M. Durif.

C’est aussi la première année, depuis la publication de la première étude en 2010, que les hommes sont aussi concernés que les femmes par ces questions et adoptent des comportements de consommation responsable.

La confiance envers les organismes de certification écoresponsable ou équitable a également fortement augmenté en 2015, ce qui est sans doute lié à ces nouveaux critères d’achat.

La consommation collaborative

Les Québécois s’intéressent particulièrement aux offres de services entre particuliers via des plateformes web de consommation collaborative.

Selon le Baromètre 2015 sur la consommation, 1 Québécois sur 5 (19,3 %) a utilisé ces sites web afin d’offrir des services de logement, de covoiturage, de cojardinage ou de financement participatif.

La popularité de Uber et Airbnb ne se dément pas. En 12 mois, 9,4 % des Québécois déclarent avoir utilisé les services d’Airbnb et 7,5 % ceux d’Uber. Et dans les deux cas, plus d’un utilisateur sur deux compte augmenter ces pratiques dans la prochaine année.

Et malgré la polémique qu’a créée la mise en place de ces nouveaux services, très peu de Québécois croient qu’ils sont dans l’illégalité ou qu’ils devraient être mieux encadrés.

De l’usagé et moins de neuf

Photo d'archives

Les consommateurs québécois se tournent de plus en plus vers des sites de vente, d’achat et d’échange entre particuliers comme Kijiji et LesPAC pour se procurer des biens usagés plutôt que de les acheter neufs.

45 % des répondants disent les avoir utilisés au cours de la dernière année.

Cette tendance s’inscrit dans une volonté d’économiser, mais aussi de donner une autre vie à un objet et, par le fait même, moins consommer.

Les produits locaux ont la cote

Photo d'archives

L’engouement pour les produits locaux se confirme. Environ 65 % des répondants ont privilégié l’achat de produits d’ici ou transformés au Québec dans des commerces locaux en 2015.

Il s’agit du deuxième comportement de consommation responsable le plus populaire après le recyclage.

D’ailleurs sur les 20 produits écoresponsables achetés en 2015, neuf produits locaux (fraises, pommes, pain, viande, volail­le) se trouvent dans le lot.

68 % des Québécois choisissent également un produit local lorsque son prix est équivalent à un article qui provient d’ailleurs.

On vire au vert

Photo d'archives

Pour la première fois l’an dernier, les gens ont dépensé plus d’argent pour se déplacer que pour manger.

Cette situation les force à revoir leur façon de se déplacer, notamment en songeant à se tourner vers des voitures vertes.

37 % des répondants pensent à choisir un véhicule hybride ou électrique lors de leur prochain achat, soit 10 % de plus que l’an dernier.

Les gens sont aussi plus enclins à se tourner vers des maisons écoresponsables lors d’un prochain déménagement.

Le « fait maison »

Photo d'archives

Une des manifestations du changement de comportements de consommation des Québécois est l’intérêt qu’ils ont à faire eux-mêmes leurs propres produits.

La cuisine vient en haut de la liste alors que 56% des répondants affirment avoir plus cuisiné cette année.

Plus de 40% des répondants ont également plus transformé ou recyclé des objets pour leur donner une deuxième vie.

Ils sont également plus enclins à faire leur réparation et leur rénovation eux-mêmes. L’objectif est d’économiser de l’argent, mais aussi d’en faire plus pour l’environnement.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.